Ispiši Prijateljski, PDF i E-mail

Kolektivni ugovori: doplate za izniman rad nedjeljom ne plaća zaposlenik koji obično radi taj dan

Dans la première affaire, un salarié, responsable de caisses au sein d’une société d’ameublement, avait saisi les juges, avec plusieurs demandes concernant le travail le dimanche.

Kronologija događaja odvijala se u dvije faze.

Dans une première période, entre 2003 et 2007, la société avait eu recours de façon illégale au travail le dimanche, puisqu’elle ne s’était alors trouvée dans aucune hypothèse de dérogation au repos dominical.

Dans une seconde période, à compter de janvier 2008, la société s’était retrouvée « dans les clous », puisqu’elle avait bénéficié des nouvelles dispositions légales autorisant de plein droit les établissements de commerce de détail d’ameublement à déroger à la règle du repos dominical.

U ovom slučaju, zaposlenik je u ta dva razdoblja radio nedjeljom. Među svojim zahtjevima zatražio je uobičajene nadoplate za izuzetan rad nedjeljom. Kolektivni ugovor za trgovinu namještajem (članak 33. B) stoga kaže da „ Za bilo koji izvanredni nedjeljni rad (u okviru izuzeća od zakonske zabrane) u skladu sa Zakonom o radu, odrađeni sati plaćaju se na temelju

 

PROČITAJTE  Početak rada s podnajmom na Airbnb-u