Étiquette : Langue étrangère méthodes et conseils

Guide MosaLingua : Comment réussir à tenir vos résolutions du Nouvel An [eBook]

Nouvelle année, nouveau vous ?
Le Nouvel An est un bon moment pour faire des plans pour le futur. La plupart des gens se sentent énergiques après les vacances et prêts à retourner dans le rythme de la vie quotidienne (et peut-être un peu coupables de tous les suppléments de gâteaux et de vins qu’ils ont mangés et bus). Ils ont de grandes ambitions. Les gens du monde entier prennent de nouvelles résolutions et se fixent de nouveaux buts pour le Nouvel An.
Ce n’est pas pour plomber l’ambiance… mais est-ce que vous saviez qu’environ 80% des résolutions prises lors du Nouvel an ne sont pas tenues ? Argh. Heureusement, il y a une simple raison derrière ça et il s’agit du genre d’objectifs que les gens se fixent et de la manière dont ils s’y prennent pour les atteindre.

Comment réussir à tenir vos résolutions du Nouvel An
A MosaLingua, nous nous efforçons d’aider les gens à atteindre leurs objectifs linguistiques. Nous aimons aussi voir nos membres réussir et faire des progrès. C’est pourquoi nous avons créé le Guide MosaLingua : Comment tenir vos Résolutions.
Dedans, vous trouverez une tonne d’informations utiles pour être sûr de réussir à tenir vos résolutions du Nouvel an. Il comporte des astuces, un plan d’action que vous pouvez adapter à vos objectifs et pleins d’autres ressources.
Nous étudions le meilleur moyen de définir et fixer vos objectifs, comment rester sur la bonne voie et travailler dur (sans vous épuiser), comment organiser vos projets par priorité tout au long de l’année et d’autres super techniques pour faire plus en moins de temps.
Oh, et le meilleur dans tout ça : c’est 100% gratuit. 🙂
Le Guide MosaLingua pour tenir vos résolutions
Vous pouvez obtenir votre copie du guide en cliquant sur l’image ou le lien ici :

Le Guide MosaLingua pour tenir vos résolutions du Nouvel An
(téléchargement gratuit)
Nous aimerions beaucoup savoir ce que vous pensez de notre guide dans les commentaires. Avez-vous trouvé quelques infos utiles sur la manière d’être organisé ? Avez-vous des astuces ou des conseils à partager ? Dites-le nous !
Vous pouvez aussi vouloir jeter un coup d’œil à ces articles pour aller plus loin :

Merci pour votre vote

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua
Plus de 3 MILLIONS de personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :
Vous voulez commencer tout de suite ?

Commencez à apprendre une langue gratuitement

Cet article vous donne envie d’apprendre une ou plusieurs langues ?
Nous avons 2 super nouvelles… La première : nous pouvons vous aider.Deuxième bonne nouvelle : vous pouvez commencer gratuitement et dès maintenant ! Activez votre essai gratuit, et profitez pendant 15 jours de cette méthode efficace pour apprendre les langues.
Flashcards pour apprendre du vocabulaire, vidéos en V.O. avec sous-titres, livres audios, textes adaptés à votre niveau : MosaLingua Web vous donne accès à tout cela, et bien plus encore ! Commencez tout de suite (c’est gratuit et sans risque).

Je commence tout de suite

  Tweet
 
 
 
 
 
 
 
 

Articles qui peuvent vous intéresser :

Lire la suite

Quelles langues parle-t-on en Chine ? Notre guide des langues chinoises

Que signifie « parler chinois » ? Plus qu’une langue chinoise, il existe des langues chinoises. Une famille de 200 à 300 langues, en fonction des estimations et des classifications des langues et dialectes, qui rassemble 1,4 milliard de locuteurs… soit une personne sur cinq à l’échelle mondiale !
Suivez-nous jusqu’aux confins de l’Empire du Milieu, un territoire gigantesque fait de rizières, collines, montagnes, lacs, villages traditionnels et grandes villes modernes. Découvrons ensemble ce qui unit (et désunit) les langues chinoises !
Le mandarin : l’unification par la langue
Par abus de langage, on utilise souvent le terme chinois pour désigner le mandarin. Comptant environ un milliard de locuteurs, il s’agit non seulement de la première langue chinoise mais aussi de la langue la plus utilisée dans le monde.
À la différence de l’Inde, réputée elle aussi pour son plurilinguisme, la Chine a opté pour une politique d’unification linguistique au XXe siècle. Là où les langues régionales continuent à animer les conversations du sous-continent indien, le mandarin s’est imposé au niveau national en Chine. Le pays ne reconnaît d’ailleurs qu’une seule langue officielle : le mandarin standard. Il s’agit d’une version codifiée du mandarin, lui-même fondé sur le dialecte de Pékin. Le mandarin standard est également l’une des quatre langues officielles de Singapour, aux côtés du malais, du tamoul et de l’anglais. Il fait aussi partie des six seules langues à bénéficier du statut officiel à l’ONU avec l’arabe, l’espagnol, le russe, l’anglais et le français – bien que, dans les faits, seules les deux dernières soient utilisées comme langues de travail.
Il existe plusieurs termes pour se référer au mandarin : 国语 (guóyǔ, « langue nationale ») à Taïwan, 普通话 (pǔtōnghuà, « langue commune ») en Chine continentale, 汉语 (hànyǔ, « la langue des Hans ») ou encore 中文 (zhōngwén, « la langue de la Chine »). Pourtant, aucune appellation ne porte la racine mandarin. L’usage du mot mandarin a été popularisé par l’anglais. Si son étymologie reste obscure, l’une des hypothèses avance le sanskrit मन्त्रिन् (mantrin) pour « ministre, conseiller » en référence aux dirigeants des dynasties Ming et Qing. La même racine est à l’origine du mot mantra, également utilisé en français.
Aujourd’hui, 400 millions de Chinois ne parlent pas le mandarin, ce qui représente environ 30 % de la population du pays. Quelles sont donc les autres langues chinoises ? Aventurons-nous un peu plus loin !
Yue, wu, min, xiang… : la grande famille des langues chinoises
Les langues chinoises forment un sous-groupe de la famille des langues sino-tibétaines. Elles dérivent du chinois classique qui a connu son âge d’or du Ve siècle avant J-C. jusqu’au IIe siècle avant d’être valorisé en tant que langue littéraire (文言文, wényánwén). 
Les langues chinoises ont pour principal trait commun d’être toutes des langues tonales. À chaque son est associé un ton (une intonation) qui change la signification du mot. Le chinois mandarin compte quatre tons (plus un ton neutre). Mais le yue, ou cantonais, en compte traditionnellement neuf, qui ont tendance à être regroupés en six tons aujourd’hui. Avec ses 85 millions de locuteurs (langue première et seconde en tenant compte de la diaspora), il s’agit de la deuxième langue chinoise. On la pratique essentiellement à Guangzhou (ville aussi connue sous le nom de Canton en français) et dans la région administrative spéciale de Hong Kong. Les locuteurs du cantonais représentent environ un quart des non-mandarinophones en Chine. Quant au wu, il ne compte que deux tons. Parlé à Shanghai et dans le Zhejiang, il complète le podium des langues chinoises avec 80 millions de locuteurs (soit autant que le coréen).
Les autres principales langues chinoises sont :
– le min (闽语), qui compte 50 à 70 millions de locuteurs, essentiellement dans la province du Fujian. En plus de ne pas être compréhensible des locuteurs du mandarin, le min englobe cinq dialectes (minbei, mindong, minnan, minzhong et puxian) qui ne sont pas non plus mutuellement intelligibles ;
– le hakka (客家话), parlé par environ 50 millions de personnes et qui est aussi l’une des langues officielles de Taïwan ;
– le xiang (湘语), parlé dans le Sichuan et le Hunan par au moins 30 millions de Chinois. Elle était la langue maternelle de Mao Zedong, natif du Hunan, qui a appris le mandarin standard comme seconde langue ;
– le gan (贛語), parlé par environ 20 millions de personnes, surtout dans la province de Jiangxi, et qui est resté particulièrement proche du chinois archaïque (qui a précédé la période du chinois classique).
Autre point commun des langues chinoises : elles utilisent toutes le même système d’écriture. Vu de l’étranger, c’est souvent pour cette raison que l’on tend (à tort !) à toutes les considérer comme des dialectes du mandarin au lieu de langues à part entière. Ce sont les fameux sinogrammes ou hànzì (汉字) qui associent un son à un caractère précis… et contribuent à la réputation de langue difficile du mandarin (et par extrapolation, des langues chinoises en général). D’ailleurs, qu’en est-il vraiment ?
La difficulté des langues chinoises : mythe ou réalité ?
Selon les critères du HSK, seul test d’évaluation officiel du mandarin, il faut connaître un minimum de 5 000 caractères chinois pour prétendre au niveau de maîtrise le plus élevé de la langue. Un travail fastidieux lorsqu’on sait qu’il n’existe aucun lien logique entre la prononciation d’un caractère, son écriture et sa signification. Chaque sinogramme doit donc être appris individuellement. Et il ne s’agit que du mandarin ! En effet, un caractère utilisé en mandarin peut avoir une signification ou une prononciation tout à fait différente dans une autre langue chinoise. Connaître 2 500 caractères permet déjà d’être reconnu comme locuteur à un niveau avancé. Et le constat pourrait s’arrêter ici : le mandarin est bel et bien une langue très difficile. Sauf que…
Le mandarin et les langues chinoises sont en quelque sorte le négatif du russe et des langues slaves. Combien d’apprenants ont déjà eu envie de fuir en apercevant l’ombre du cyrillique, qui ne présente pourtant aucune difficulté majeure ? La grammaire du russe ou de l’ukrainien en revanche, c’est une autre paire de manches ! Les langues chinoises sont dites analytiques, à l’inverse du russe, de l’allemand et même du français qui sont des langues flexionnelles. Pas de panique, on vous explique tout.
En tant que langue analytique, le mandarin (tout comme ses langues sœurs) repose uniquement sur l’organisation et l’association des mots dans la phrase pour créer du sens. Autrement dit :
– si les conjugaisons en espagnol vous paraissent compliquées, vous serez ravi d’apprendre qu’il n’y a pas de conjugaison en mandarin, seulement des marqueurs de temps (aujourd’hui, je vais ; hier, je vais ; demain, je vais, etc.) ;
– il n’y a ni genres ni déclinaisons en mandarin (contrairement à l’allemand) ;
– il n’y a pas de pluriel non plus (à l’inverse du russe qui a la bonne idée de les faire varier en fonction du nombre : 1 день, 1 jour mais 3 дня, 3 jours et 5 дней, 5 jours) ;
– d’ailleurs, les nombres se construisent logiquement en mandarin puisque 81 se lit simplement huit-dix-un 八十一 (rien à voir avec l’acrobatie mentale « quatre fois vingt plus un » dans notre chère langue !) ;
– enfin, pas d’agglutination non plus, c’est-à-dire d’ajout d’affixes, comme en turc ou en hongrois.
En plus de leur beauté calligraphique, les langues chinoises sont des langues aussi poétiques que logiques. Par exemple, « feu » se dit 火 (huǒ) et « montagne » se dit 山 (shān) en mandarin. Et que donne l’association de ces deux caractères ? 火山 (huǒshān) signifie « volcan » ! Notons au passage la ressemblance entre le caractère du feu et celui de la montagne avec les réalités respectives qu’ils désignent. Ou plutôt dessinent. Les mots feu, montagne et volcan en français peuvent-ils se vanter d’être aussi évocateurs ?
Au fait, quelles autres langues parle-t-on en Chine ?
Toutes les langues chinoises sont des langues de Chine. Mais toutes les langues de Chine ne sont pas des langues chinoises ! Finissons donc notre voyage en Asie orientale avec deux autres langues fascinantes :
– Le tibétain, une autre langue tonale qui n’est pas directement apparentée aux langues chinoises bien qu’elle fasse partie de la grande famille des langues sino-tibétaines. Le tibétain est une langue-toit qui regroupe plusieurs dizaines de dialectes, parlés au Tibet, en Chine de l’Ouest, au Bhoutan, au Népal, en Inde du Nord et à l’est du Pakistan. Environ sept millions de locuteurs de langues tibétiques sont recensés dans le monde, dont une majorité dans la région autonome du Tibet. En fonction des régions, différents systèmes d’écriture sont utilisés (alphasyllabaire tibétain, alphabet ourdou ou devanagari).
– L’ouïghour, une langue altaïque ou en tout cas une langue turque du Xinjiang, parlée par une vingtaine de millions de personnes. Elle s’écrit à l’aide de l’alphabet arabe et présente de grandes similitudes avec les langues de l’Asie centrale, notamment l’ouzbek. C’est une langue sans le moindre lien de parenté avec la famille des langues chinoises et qui a fait de nombreux emprunts au persan et au russe au cours de sa longue histoire !

Lire la suite

5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage des langues

Aujourd’hui, nous voulions vous rendre la vie plus facile en répondant directement à une question qui nous a été posée un nombre incalculable de fois : comment réussir à apprendre une langue ? ou encore, est-il difficile d’apprendre une langue ? ou bien, pourquoi certains y arrivent… et d’autres, non ? On vous dévoile ici les 5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage d’une langue.

Nous aidons les gens à apprendre des langues, partout dans le monde, depuis plus de 10 ans (à ce jour, en 2020). Nous avons eu la chance de discuter avec la majorité d’entre eux, et ainsi de découvrir quels étaient leurs problèmes et difficultés. Et comme notre communauté rassemble aujourd’hui plus de 10 millions de personnes, ça en fait des retours ! Ainsi, nous avons une idée plutôt claire de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans l’apprentissage.
Quels sont les 5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage d’une langue étrangère ?
1. La motivation
Nous nous sommes aperçus que les gens qui sont les plus motivés obtiennent les meilleurs résultats, et le plus rapidement. J’aime penser que la motivation est comme un carburant et apprendre une langue, un voyage. La motivation est le carburant qui vous emmène là où vous voulez aller.  Mais avant de vous mettre en route, vous devez être sûr d’avoir fait le plein : autrement dit, d’avoir identifié une très bonne raison de vouloir apprendre une langue.
Il existe beaucoup de raisons valides mais en voici juste quelques-unes que vous pouvez noter si besoin :
partir plus souvent dans les pays étrangers ;
ouvrir les portes à de nouvelles opportunités professionnelles ;
discuter avec des amis et/ou de la famille vivant dans un pays étranger ;
entraîner votre esprit ;
expérimenter d’autres cultures.
Ce ne sont que quelques exemples qui pourraient vous motiver… Elles sont toutes aussi bien les unes que les autres. Mais il peut y en avoir d’autres. Pour vous assurer d’atteindre vos propres objectifs, vous devez identifier quel est VOTRE carburant, votre motivation. Ainsi, posez-vous cette question : pourquoi est-ce que je veux apprendre une langue ?
2. Le temps
Je pense que ce ne sera une surprise pour personne si je vous disais que vous avez besoin de consacrer un peu de temps à votre apprentissage tous les jours (disons, pendant au moins trois mois) pour apprendre la langue de votre choix. Le temps est donc l’un des facteurs clés du succès les plus importants dans l’apprentissage des langues. C’est aussi pourquoi beaucoup de gens ne commencent jamais, ne se lancent jamais dans l’apprentissage… Car ils n’ont pas le temps !
Et bien, pour vous dire très honnêtement, nous considérons que c’est une fausse excuse. Oui car si une langue est importante pour vous, en théorie, et si vous êtes motivé pour l’apprendre, vous pouvez et devez trouver du temps. Si vous vous dites “Je n’ai pas le temps“, ce que vous vous dites réellement c’est que ce n’est pas important pour vous. Sauf quelques exceptions, peut-être le président ou Elon Musk, nous avons tous un peu de temps à consacrer à l’apprentissage d’une langue.
Regardez bien votre emploi du temps et identifiez ces zones de libertés où vous pourrez consacrer 10 à 15 minutes d’apprentissage par jour. N’hésitez pas à réduire les activités qui n’apportent pas beaucoup de valeur à votre vie, et n’oubliez pas de profiter de tous les temps morts de votre journée. Nos cours sont disponibles sur mobile, donc vous pouvez apprendre dans les transports en communs, en faisant la queue dans les magasins, etc.
3. La régularité
Nous l’avons vu en action : les apprenants qui font le plus de progrès sont ceux qui apprennent un peu tous les jours. Si vous décidez que vous pouvez passer cinq heures par mois sur une langue, c’est mieux d’étudier 10 minutes par jour, tous les jours, que d’avoir deux longues séances de 2h30 par mois. Et certains polyglottes très connus seraient d’accord sur cette importance de la régularité. Certains sont rapidement capables d’atteindre un niveau avancé dans une nouvelle langue en s’entraînant quotidiennement. Il n’est pas question de don spécifique… Les polyglottes sont simplement des gens disciplinés et réguliers.
4. La bonne méthode
Même si vous avez la motivation, le temps et la régularité, vous n’iriez pas très loin sans une bonne méthode d’apprentissage. Une bonne approche est celle qui :
est efficace
répond à vos besoins
Ce qui est bien avec l’apprentissage des langues, c’est que de nombreux chemins mènent au même but. Des méthodes variées peuvent vous aider à parler couramment votre langue cible. Chez MosaLingua, nous ne revendiquons pas d’avoir créé les méthodes de référence d’apprentissage des langues. Mais nous savons que l’approche de MosaLingua fonctionne, et qu’elle est extrêmement efficace. Une méthode efficace vous donnera les meilleurs résultats possibles en peu de temps. Une heure de travail sur un de nos cours peut produire les mêmes résultats que ce qui vous prendrait des jours ou même des semaines de pratique pour atteindre le même niveau dans d’autres méthodes…
En plus, voir ses progrès encourage et motive, et cela vous donnera envie de consacrer plus de temps à votre apprentissage. C’est un cercle vertueux : voir des résultats motive > être motivé donne envie de consacrer plus de temps à l’apprentissage de façon régulière > ce qui conduit à plus de résultats.
Nous commençons tous à un niveau différent, avec un but différent, des emplois du temps différents, etc. C’est pourquoi nous avons développé quelques cours et formations différentes. Vous pouvez choisir n’importe lesquelles qui répondent le mieux à vos besoins à n’importe quel moment.
5. Surmonter vos barrières psychologiques
Nous nous sommes rendus compte que l’un des obstacles principaux rencontrés par les apprenants en langues est le mental. Certains apprenants ont beaucoup de mal à briser les murs “psychologiques” qu’ils se sont construits. C’est un sujet que nous veillons à aborder dans tous nos cours car ça touche beaucoup de gens, et pourtant il fait cruellement défaut dans la plupart des autres cours de langues et méthodes d’apprentissage. Voici quelques barrières psychologiques les plus courantes :
le manque de confiance en soi,
la timidité,
la peur de faire des erreurs (autrement appelé perfectionnisme).
Ce ne sont pas les seuls… mais de notre expérience, ce sont les plus courants. Et nos cours vous aideront à les surpasser.
Le résumé en vidéo
Pour résumer et revenir sur ces 5 facteurs clés du succès dans l’apprentissage des langues, je vous invite maintenant à regarder cette vidéo. Cette vidéo est disponible sur notre chaîne YouTube, ou vous pouvez la visionner ci-dessous. Elle est dispo en anglais avec les sous-titres dans la langue de votre choix parmi français, anglais, espagnol, italien, allemand et portugais.
 [embedded content]
N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour plus d’astuces
Si vous avez les 5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage, vous êtes sûr d’atteindre vos objectifs ! Pour aller plus loin, nous vous recommandons ces articles (et conseils) qui pourraient aussi vous intéresser :

Merci pour votre vote

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua
Plus de 3 MILLIONS de personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :
Vous voulez commencer tout de suite ?

Commencez à apprendre une langue gratuitement

Cet article vous donne envie d’apprendre une ou plusieurs langues ?
Nous avons 2 super nouvelles… La première : nous pouvons vous aider.Deuxième bonne nouvelle : vous pouvez commencer gratuitement et dès maintenant ! Activez votre essai gratuit, et profitez pendant 15 jours de cette méthode efficace pour apprendre les langues.
Flashcards pour apprendre du vocabulaire, vidéos en V.O. avec sous-titres, livres audios, textes adaptés à votre niveau : MosaLingua Web vous donne accès à tout cela, et bien plus encore ! Commencez tout de suite (c’est gratuit et sans risque).

Je commence tout de suite

  Tweet
 
 
 
 
 
 
 
 

Articles qui peuvent vous intéresser :

Lire la suite
Chargement

traducteur

ut Lorem suscipit porta. ut risus. Aenean tristique sem, elit. Aller au contenu principal