Étiquette : Langue étrangère méthodes et conseils

Notre guide de la langue arabe et ses dialectes

Quand on parle des langues d’avenir, on évoque le chinois, parfois le russe, l’espagnol aussi. Plus rarement l’arabe, langue trop souvent oubliée. N’est-ce pas pourtant une prétendante sérieuse au titre ? Elle fait partie des 5 langues les plus parlées au monde. Langue de sciences, d’arts, de civilisation et de religion, l’arabe a eu un impact colossal sur les cultures du monde. Année après année, fidèle à ses traditions, la langue arabe continue de voyager, de s’enrichir et de fasciner. Entre l’arabe littéral, ses innombrables dialectes et son alphabet reconnaissable entre tous, comment définir l’essence de cette langue insaisissable ? Babbel vous met sur la piste !

Où parle-t-on la langue arabe dans le monde ?

L’arabe est la langue officielle de 24 pays et l’une des 6 langues officielles de l’ONU. Il s’agit des 22 États de la Ligue Arabe, auxquels s’ajoutent l’Érythrée et le Tchad. La moitié de ces États arabophones sont en Afrique (Algérie, Comores, Djibouti, Égypte, Érythrée, Libye, Maroc, Mauritanie, Somalie, Soudan, Tchad et Tunisie). L’autre moitié se situe en Asie (Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, Palestine, Qatar, Syrie et Yémen).

Arabe, turc, persan… faisons le point ! La majorité des arabophones étant musulmans – et l’arabe étant la langue du Coran – un amalgame courant consiste à confondre langue arabe et Islam. Le plus grand pays musulman du monde n’est pourtant pas arabophone puisqu’il s’agit de l’Indonésie. L’arabe est une langue sémitique. Contrairement aux idées reçues, elle n’a aucun lien de famille avec le turc – qui appartiendrait au groupe des langues altaïques. Le persan ou farsi, première langue d’Iran, n’est pas apparenté à l’arabe. Il s’agit d’une langue indo-européenne… comme le français ! De même, en Afghanistan, les deux langues majoritaires sont des langues iraniennes : le dari et le pachto. La pratique de la langue arabe y est minoritaire, loin derrière l’ouzbek ou le turkmène. Elle est réservée à la religion et au commerce extérieur avec le Moyen-Orient.

L’alphabet arabe

Chez Babbel, nous avons pris l’habitude de démystifier les systèmes d’écriture. L’alphabet cyrillique ne demande pas plus de deux jours d’apprentissage. Notre tour du monde des alphabets nous a déjà fait voyager du Caucase à la péninsule coréenne. Quant à l’alphabet arabe… ce n’est pas un alphabet au sens où on l’entend pour l’alphabet latin ! Appelé abjad ou alphabet consonantique, l’alphabet arabe ne note que les consonnes. Il s’écrit et se lit de droite à gauche et comporte 28 lettres.

On retrouve ce système d’écriture dans d’autres langues, notamment le persan, le kurde et l’ourdou. Depuis l’an 1000, il est également utilisé par les Ouïghours. Jusqu’en 1928, il servait de transcription au turc qui utilise depuis une version de l’alphabet latin.

Arabe littéral et arabe dialectal

L’arabe est certainement le meilleur exemple de diglossie. La diglossie est le fait pour une langue d’être divisée en plusieurs variétés régionales, parfois non compréhensibles entre elles. L’arabe, en tant que langue, peut désigner deux réalités différentes : l’arabe littéral d’une part, l’arabe dialectal d’autre part.

L’arabe littéral est le nom donné à la langue standardisée. Langue administrative et politique, c’est celle qui est reconnue comme langue officielle des pays arabophones. C’est aussi celle que l’on retrouve dans le Coran, dans les médias et dans les précis de grammaire. Elle domine dans la communication écrite et formelle, dans la religion et dans les échanges internationaux. Mais dans les faits, personne n’a l’arabe classique pour langue maternelle. L’arabe dialectal est la langue utilisée à l’oral dans la vie quotidienne. Elle prend des formes très différentes d’un territoire à l’autre.

Pourquoi une telle diglossie ? C’est le fruit d’évolutions historiques, sociales et politiques. Comme toutes les langues vivantes, l’arabe change au fil du temps. Langue poétique devenue langue religieuse à partir du VIIe siècle, elle a conquis un immense territoire aux influences variées. Les anciens dialectes, pas entièrement disparus, se sont adaptés pour se mêler à l’arabe. Copte en Égypte, berbère au Maghreb, araméen en Syrie… L’histoire de la langue arabe est une histoire de migrations et d’enrichissements culturels. Intéressons-nous aux principaux dialectes de l’arabe.

Quels sont les principaux dialectes de l’arabe ?

Les distinctions dialectales de l’arabe se font à plusieurs niveaux. Les linguistes ont d’abord privilégié une approche par régions. Il y aurait ainsi un arabe occidental par opposition à un arabe oriental. Mais au sein même de ses régions, les différences sont nombreuses. Au point d’abandonner parfois la catégorisation en dialectes pour privilégier le terme de langues.

Arabe occidental et arabe oriental

L’arabe occidental, ou arabe maghrébin, désigne la variété linguistique présente – par ordre alphabétique des territoires – en Algérie, en Libye, au Maroc, en Mauritanie et en Tunisie.

Par déduction, tous les autres territoires arabophones sont rattachés à l’arabe oriental. On peut faire la distinction entre quatre aires linguistiques que sont :

– l’arabe égyptien ;

– l’arabe mésopotamien, principalement en Irak ;

– l’arabe levantin, en Syrie, au Liban, en Palestine et en Jordanie ;

– l’arabe péninsulaire, commun aux autres États arabophones de la péninsule arabique.

Arabe dialectal : quelques exemples

En arabe algérien, langue maternelle d’environ 40 millions de locuteurs, certaines voyelles ont tendance à disparaître. Par exemple, le mot سماء (s’ama, ciel) se prononce s’ma. À l’inverse, l’arabe syrien reste plus fidèle à l’arabe littéral dans la prononciation. Autre illustration : كيفاش ؟ (kifach, comment ?), وقتاش ؟ (weqtach, quand ?) et la tendance à ajouter -ach à la fin des mots interrogatifs en arabe algérien et en arabe marocain. Au Liban ou en Égypte, on prononce à l’inverse kif.

Qu’est-ce que l’arabizi ?

Preuve que l’évolution de la langue arabe est loin d’être terminée, un nouveau parler est apparu dans les années 1990. Il s’agit de l’arabizi, qui peut se comprendre comme la fusion de l’arabe et de l’anglais (inglizi en arabe) à l’image du franglais, ou comme la contraction des mots arabe et easy. L’absence de claviers arabes sur les premiers téléphones portables a conduit a remplacer les lettres manquantes par des chiffres. La lettre « ء » devient un 2, le « ع » devient un 3 ou encore le « ح » devient un 7. Un phénomène qui tend aujourd’hui à disparaître mais que l’on retrouve encore sur les réseaux sociaux.

Lire la suite

Peut-on apprendre le chinois en ligne ?

Le chinois mandarin a la réputation d’être une langue difficile à apprendre à cause notamment des caractères et de leur prononciation, les fameux tons. En vérité, il n’est pas plus difficile d’apprendre le chinois que d’apprendre une autre langue, si vous partez sur de bonnes bases et utilisez les bons outils. Voyons ici quelles sont les différentes ressources et méthodes qui vous permettront d’apprendre le chinois en ligne.

Quelles sont les possibilités pour apprendre le chinois ?
Il existe de nombreuses façons d’apprendre le chinois.

Vous pouvez étudier le chinois par vous-même. C’est probablement la méthode la plus difficile, vous risquez de manquer des choses et de mal prononcer les tons.
Vous pouvez partir en Chine pour un séjour linguistique mais tout le monde ne peut pas partir du jour au lendemain.
Une autre façon est de s’inscrire à des cours collectifs dans une école de langue chinoise. Cela a ses inconvénients, car le professeur ne pourra pas vous accorder plus de temps en dehors des cours et vous êtes contraint de vous déplacer à un horaire fixe.
La dernière méthode sont les cours en ligne et dans un sens plus large, toutes les ressources en ligne.

L’apprentissage des langues en ligne a beaucoup changé en quelques années et notamment pour le chinois. Nous sommes loin des sites proposant un manuel au format pdf ou de quelques dictionnaires de chinois en ligne. Il existe de très nombreuses applications pour apprendre le chinois, sites web, plateformes de cours avec un professeur. Certaines ressources vous permettent d’apprendre plusieurs langues, d’autres sont dédiées exclusivement au chinois mandarin.
Comment apprendre le chinois ?
Avant d’entrer dans le vif du sujet, et de parler de ces ressources justement pour apprendre le chinois en ligne, voyons quelques caractéristiques du chinois mandarin.
Les tons
Le chinois est une langue tonale. La complexité du chinois mandarin provient en grande partie des tons qui donnent à la langue cette sonorité si particulière. Un même mot chinois peut prendre des significations complètement différentes selon le ton employé. Par exemple, mā qui signifie mère se prononce avec un ton haut et plat et mǎ, cheval avec un ton descendant légèrement puis remontant. Vous voyez toute de suite l’importance des tons pour ne pas confondre votre mère avec un cheval !
Les caractères chinois
L’autre aspect à ne pas négliger est d’apprendre ou plutôt, comprendre les caractères chinois. Ce sont certainement ces caractères qui rebutent le plus les débutants tant ils diffèrent de nos langues européennes car il n’y a pas de lien entre ces caractères et la prononciation.
Sachez qu’il existe des méthodes pour les mémoriser. Ils sont porteurs de sens, certains ressemblent à leur signification. Par exemple, le caractère feu 火(Huǒ) ressemble à une flamme ou montagne 山(Shān) à des pics.
Pour information  : jai écrit entre parenthèse une manière de prononcer ces mots chinois. Il s’agit du pinyin. C’est un système de transcription des caractères chinois dans notre alphabet latin.
La grammaire chinoise
Le chinois mandarin a une grammaire simple : il n’y a pas de conjugaison, de déclinaison, de genre et de nombre. Le rêve… Mais la réalité est plus complexe. Tout est une question de contexte. C’est seulement en parlant avec un locuteur natif qui pourra vous corriger et vous apprendre les règles de grammaire correctes que vous progresserez.
En résumé, pour débuter vous devriez :

Maîtriser les tons pour ne plus faire d’erreurs par la suite
Mémoriser les caractères en comprenant la logique qui les relie entre eux et savoir les prononcer grâce au pinyin
Parler chinois le plus possible de manière active, c’est-à-dire en sortant de votre zone de confort

Peut-on alors apprendre le chinois en ligne ?
Oui, à condition de trouver les ressources répondant aux critères vus précédemment. Voyons ci-dessous quelques différentes ressources pour apprendre le mandarin en ligne.
1. Les sites web et applications
Il existe une quantité incroyable de sites web permettant d’apprendre le chinois en ligne. La majorité sont en anglais (notamment celles dédiées exclusivement au chinois) mais il en existe de plus en plus en français. Les solutions web les plus plébiscitées ont maintenant toutes une application mobile qui correspond pour la plupart à la version web adaptée au format mobile. Il est possible avec un seul compte de se connecter au site web ou à l’application mobile. C’est un vrai changement car nous avons tous un mobile et cela signifie que nous pouvons maintenant apprendre dès que nous le souhaitons.
Chaque site aura ses propres particularités et tous les aspects de la langue chinoise ne seront pas forcément vus. Certains mettront l’accent sur l’apprentissage du vocabulaire, la compréhension orale, d’autres utiliseront l’audio et la faculté de s’enregistrer pour vous aider à prononcer les tons chinois soit par vous-même en vous réécoutant soit par un locuteur natif qui aura accès à vos audios.
La plupart de ces applications proposent des leçons découpées en plusieurs niveaux pour apprendre le vocabulaire chinois sous forme de vidéo, d’audio ou juste une séquence de pictogrammes. Il est ensuite possible de pratiquer grâce à des d’exercices, souvent sous forme de quizz. Ces sites d’apprentissage peuvent être plus ou moins ludiques, proposant des systèmes de points comme un jeu vidéo, ce qui peut être gratifiant et maintenir la motivation. Une application comme MosaLingua est idéale pour apprendre à parler le mandarin simplement et rapidement. L’application se focalise sur la mémorisation du vocabulaire et la bonne prononciation des mots et phrases d’après des enregistrements audio de locuteurs natifs. Les leçons courtes sont adaptées pour une utilisation quotidienne, quelques minutes par jours suffisent. Vous pourrez suivre votre progression au fur et à mesure, et passer un certificat d’aptitude en chinois MosaLingua.
Les avantages des applications et sites web

Liberté du choix de la méthode selon vos objectifs
Adaptés à un niveau débutant
Apprenez quand vous voulez et plus régulièrement
Pratiquez où vous voulez grâce aux applications mobiles
Le côté ludique de certaines applications
Tarifs abordables : gratuit à quelques euros par mois

Les inconvénients

Inégalités des applications, certaines ne sont pas les mieux adaptées au chinois et peuvent lasser car la pédagogie proposée s’appuie sur des exercices trop répétitifs sans renouvellement
Peu de méthodes pour apprendre l’écriture chinoise
L’apprentissage de la langue se fait seul, vous pouvez être enclin à manquer certains points importants. Il faut garder la motivation !

2. Les plateformes de cours de langue en ligne
Il s’agit de sites web qui permettent de trouver des professeurs ou des locuteurs natifs pour suivre un cours particulier de langue en visio. Une des plateformes de cours privés en ligne les plus connues est Italki. Vous devez dans un premier temps trouver votre professeur. Grâce à un certain nombre de filtres, vous sélectionnez les enseignants selon la langue à enseigner, les autres langues parlées (s’ils ne parlent pas l’anglais ou le français, vous risquez d’éprouver quelques difficultés), le choix entre un enseignant professionnel ou un tuteur, sa notoriété… Une fois votre sélection faite, vous n’avez plus qu’à réserver votre cours en fonction des disponibilités de l’enseignant.
La qualité de l’enseignement dépendra bien entendu de votre professeur. Néanmoins, si vous ‘’êtes pas pleinement satisfait, vous pouvez changer facilement. Certaines plateformes proposent le premier cours d’essai gratuit ou à moitié prix.
Enfin le chinois mandarin est très bien représenté sur ces plateformes. Un tuteur personnel est certainement la solution idéale pour apprendre le chinois et ainsi, pouvoir être corrigé en direct et apprendre de ces erreurs.
Les avantages des cours particuliers en ligne

La flexibilité : c’est vous qui fixez votre emploi du temps. Il n’est plus nécessaire de se rendre à un cours et perdre du temps dans les transports. Vous apprenez de chez vous !
Le choix des enseignants en chinois et la possibilité de changer
Suivre un cours privé : l’apprentissage en ligne est un moyen fabuleux d’obtenir 100 % de l’attention de votre professeur et de suivre une pédagogie qui aura fait ses preuves (avis des apprenants)
Tarifs plus bas que les cours privés en présentiel

Les inconvénients

La majorité des enseignants parleront anglais plutôt que le français en seconde langue
Tarifs d’environ 15 € / h en moyenne pour un bon enseignant. Cela peut rapidement devenir couteux.
Pas évident de débuter sans avoir quelques bases

3. Les chaînes YouTube et les podcasts
De plus en plus d’enseignants ou d’autodidactes en chinois ont lancé leur chaîne YouTube. C’est pour eux un formidable moyen pour se faire connaître et promouvoir leurs méthodologies à travers de nombreux conseils et astuces pour mieux maîtriser la langue. Si vous voulez apprendre les bases du chinois, vous trouverez de nombreuses vidéos de cours de chinois en tapant simplement “apprendre le chinois” ou “cours de chinois“. YouTube est une mine d’or pour la pratique du chinois.
Une application web comme ChinesePod (uniquement en anglais) par exemple, s’est spécialisée dans les podcasts et les vidéos à écouter online ou offline.
Les avantages des podcasts et vidéos

La quantité : une simple recherche vous donnera accès à des centaines de vidéos sur YouTube
La personnalisation : l’enseignant se met en avant, vous apprenez à le connaître
C’est gratuit

Les inconvénients

Se perdre facilement parmi les vidéos, vous suivez plus des conseils qu’une méthodologie
Le manque d’interactivité avec l’enseignant
Le côté promotion : les enseignants utilisent ces vidéos pour promouvoir leur enseignement

Mon conseil : ces vidéos doivent plutôt être utilisées comme un complément à votre apprentissage pour en apprendre plus et se perfectionner.
4. Les sites d’échanges linguistiques
Pour s’améliorer dans une langue, il est indispensable de pratiquer l’oral au plus tôt. Nous avons vu les plateformes pour suivre des cours privés avec un enseignant. Parfait mais cela a un coût et parfois, vous souhaitez juste avoir une conversation plus amicale et moins professorale. Pour cela, il existe les sites d’échanges linguistiques. Il s’agit de rentrer en contact avec des personnes qui souhaitent apprendre une langue en échange de vous aider à vous améliorer en apprenant la leur. Ce système d’entraide est très efficace. Vous trouverez certainement des étudiants chinois qui cherchent à apprendre le français. Cependant, il faut bien garder à l’esprit qu’il s’agit d’un échange et qu’il faudra pratiquer autant le chinois que le français. Cet apprentissage est un excellent complément aux cours privés et, c’est plus amusant.
On peut citer les plateformes d’échanges linguistiques suivantes :

Italki : en plus des cours privés payants, il est possible d’échanger avec des partenaires linguistiques
Conversation Exchange : un site qui permet de trouver des correspondants du monde entier
Tandem : une application mobile pratique pour échanger avec des correspondants selon ses affinités, idéal pour trouver des sujets de discussion

Les avantages des sites d’échanges linguistiques

L’échange : apprendre une langue et enseigner sa langue est vraiment très intéressant, cela permet de comparer, d’apprendre des expressions nouvelles et de se lier avec une personne
C’est gratuit

Les inconvénients

Il faut se préparer un minimum si on veut que cela fonctionne
Cela peut nécessiter d’avoir quelques bases avant de se lancer.

Les autres ressources en ligne pour aller plus loin

Les dictionnaires en ligne : il s’agit de sites où vous allez écrire un mot, une expression ou une phrase et obtenir la traduction chinoise, en pinyin et en caractères chinois. Il est possible d’avoir l’audio pour les dictionnaires les plus aboutis.
Les traducteurs en ligne : une application comme Pleco est très pratique si vous partez en voyage en Chine. Il suffit de pointer l’appareil photo de votre téléphone sur un caractère chinois pour en retrouver instantanément la signification.

Vous pouvez consulter notre page des ressources pour apprendre le chinois pour découvrir d’autres ressources utiles comme les journaux en ligne, les applications de lecture, les chaînes TV…
Vous voyez, apprendre le chinois en ligne est tout à fait possible tellement il existe des ressources multiples et variées. Pour vous aider à choisir, vous pouvez consulter le blog La voie rapide pour parler chinois. Vous trouverez des avis détaillés sur ces différentes ressources pour apprendre à parler et écrire le chinois. Apprendre le chinois en ligne est un défi mais vous pouvez le faire ! Beaucoup l’ont déjà fait, alors soyez assurés que vous y arriverez.Bravo d’avoir lu cet article jusqu’au bout. Qu’en avez-vous pensé ? Merci de nous laisser une note, cela nous motivera à écrire d’autres articles

5
/
5
(
1

vote
)

Vous avez aimé cet article ?
Un petit clic ne vous coûte rien, mais c’est très important pour nous:
Téléchargez votre KIT gratuit
Plus de 3 MILLIONS de personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :
Vous voulez commencer tout de suite ?

Commencez votre apprentissage du chinois mandarin

Vous voulez apprendre le chinois mandarin ?
Première bonne nouvelle : nous pouvons vous aider.Deuxième bonne nouvelle : vous pouvez commencer gratuitement et dès maintenant ! Activez votre essai gratuit, et profitez pendant 15 jours de cette méthode efficace pour apprendre le chinois mandarin.
Flashcards pour apprendre du vocabulaire, vidéos en V.O. avec sous-titres, livres audios, textes adaptés à votre niveau : MosaLingua Web vous donne accès à tout cela, et bien plus encore ! Commencez tout de suite (c’est gratuit et sans risque).

Je commence tout de suite  Tweet 817      

Lire la suite

Au fait, que signifie vraiment « être bilingue »?

Saviez-vous que près de la moitié de la population mondiale considère être bilingue ? Ce chiffre, qui peut paraître étonnant de prime abord, est souligné dans les recherches sur le bilinguisme meneés par Ellen Bialystok, une psychologue et professeure canadienne de l’Université York de Toronto.
Après avoir reçu son doctorat en 1976, avec une spécialisation dans le développement cognitif et langagier chez les enfants, ses recherches se sont ensuite focalisées sur le bilinguisme, de l’enfance jusqu’aux âges les plus avancés. Avec une question centrale : le fait d’être bilingue affecte-t-il le processus cognitif ? Si oui, comment ? S’agit-il des mêmes effets et/ou conséquences selon qu’il s’agit du cerveau d’un enfant ou d’un adulte ? Comment les enfants deviennent-ils bilingues ?
Si vous êtes en train d’apprendre une langue avec Babbel, vous rêvez certainement de pouvoir sauter toutes vos leçons et, d’un simple claquement de doigts, devenir parfaitement bilingues. Cela n’est malheureusement pas possible !
Pour nous faire pardonner, nous allons vous livrer dans cet article quelques clés pour comprendre ce que signifie vraiment « être bilingue », quels sont les différents types de bilinguisme et, peut-être, vous en inspirer afin d’optimiser l’efficacité de votre apprentissage des langues.
Quels sont les différents types de bilinguisme ?
Que signifie vraiment être bilingue ? On dirait d’une personne qu’elle est bilingue si elle est capable de communiquer dans deux langues, aussi bien sous une forme active (parler, écrire) que sous une forme passive (écouter, lire). Cependant, contrairement à ce que l’on pense généralement, une personne bilingue n’excelle pas forcément dans les deux langues. C’est souvent le cas des enfants bilingues issus de l’immigration qui utiliseront plus aisément la langue utilisée dans leur scolarité pour parler de sujets abstraits (art, philosophie…).
Aussi, s’il existe différents types de bilinguisme, ils ne doivent pas être confondus avec la capacité à parler « couramment » une langue. Apprendre à parler couramment anglais avec Babbel est aisément possible : cela suppose simplement d’être capable de communiquer dans cette langue, même en faisant quelques erreurs.
5 façons d’être bilingue…
L’âge d’acquisition d’une langue joue un rôle déterminant dans le bilinguisme d’une personne. On distingue cinq types de bilinguisme :
Le bilinguisme précoce simultané : apprentissage de deux langues dès la naissance. C’est le cas des personnes qui ont deux parents avec deux langues maternelles différentes.
Le bilinguisme précoce consécutif : apprentissage partiel d’une langue dès la naissance, avant d’en apprendre une seconde langue dès la petite enfance. C’est le cas des enfants qui sont, par exemple, gardés par une nourrice parlant une langue étrangère.
Le bilinguisme tardif : apprentissage d’une seconde langue dès l’âge de 6 ans, à partir de la langue maternelle.
Le bilinguisme additif : atteinte du bilinguisme grâce à des cours de langue.
Le bilinguisme soustractif : apprentissage d’une seconde langue au détriment de la première.
… pour 5 degrés de bilinguisme
Parallèlement à ces cinq façons de devenir bilingue, on distingue cinq degrés de maîtrise du bilinguisme :
Le « vrai » bilinguisme : maîtrise parfaite des deux langues, capacité à s’exprimer dans tous les registres, sur tous les sujets.
Le « semi-linguisme » : niveau de connaissance des deux langues égal, même si aucune des langues n’est réellement maîtrisée. C’est par exemple le cas des enfants qui apprennent deux langues en même temps.
L’« équilinguisme » : maîtrise des deux langues de la même façon, sans pour autant atteindre le niveau d’un locuteur natif.
La diglossie : utilisation de chaque langue dans un contexte spécifique. Au Paraguay, il est courant de rencontrer des personnes qui parlent à la fois le guarani (utilisé dans la vie de tous les jours, avec la famille, les amis, les collègues…) et le castillan (utilisé à l’école, dans ses relations administratives, dans un cadre formel…). Les langues régionales comme l’occitan, le basque, ou le breton peuvent également relever de la diglossie.
Le bilinguisme passif : comprendre une langue sans être capable de la parler. C’est le cas de l’auteur de ces lignes, parfaitement capable de comprendre le khmer à l’oral sans pour autant être capable de le parler, de le lire, ou de l’écrire.
Les conséquences du bilinguisme sur le cerveau
Jusqu’au milieu du XXe siècle, le bilinguisme était accusé de tous les maux : responsable d’enfants confus, retardant le développement cognitif, empêchant la réussite scolaire et l’ascension sociale…

À lire sur le Babbel Magazine : comment le bilinguisme m’a presque rendu fou !

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire que le bilinguisme ne génère aucun effet négatif. En nous basant notamment sur les recherches d’Ellen Bialystok, nous pouvons distinguer trois grandes conséquences positives du bilinguisme sur le cerveau.
Les conséquences positives
Il existe trois principales conséquences positives au fait d’être bilingue.
— Retarder les symptômes de démence et la maladie d’Alzheimer
L’une des études d’Ellen Bialystok a porté sur 450 personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, tous présentant les mêmes symptômes au moment du diagnostic. La moitié de l’échantillon était des personnes bilingues, ayant activement parlé au moins deux langues de façon régulière dans leur vie.
Ses recherches ont montré que les patients bilingues ont commencé à ressentir les symptômes de la maladie quatre à cinq années plus tard que les monolingues. Elle en conclut qu’être bilingue n’immunise pas contre Alzheimer, mais offre un répit.
Dans le même ordre d’idée, en 2013, la chercheuse indienne Suvarna Alladi a publié une étude portant sur 648 personnes, montrant des résultats similaires.
L’explication serait que lorsqu’on vieillit, le bilinguisme aiderait à préserver les matières grises et blanches, essentielles pour nos capacités cognitives. En outre, le fait d’apprendre une langue, même à un âge avancé, augmenterait la matière grise. Il n’est donc jamais trop tard pour commencer à apprendre une langue avec Babbel !
— Un cerveau plus efficace
Être bilingue est souvent décrit comme un jonglage permanent entre deux langues. En voyant une voiture, un bilingue franco-espagnol pensera à la fois au mot voiture et au mot carro. S’il se trouve avec un autre français, il parlera d’une voiture, inhibant le mot carro, qui reste pourtant quelque part au fond de sa tête.
Les recherches d’Ellen Bialystok ont montré que ce « double circuit », à force d’être sollicité, renforce le système de « contrôle exécutif » du cerveau, comme si le bilinguisme « musclait » cette partie de notre organe.
De la même manière qu’un athlète qui s’entraîne réussira à soulever un poids plus élevé qu’une personne normale, les bilingues sont donc mieux entraînés pour réaliser certaines tâches cognitives : faire plusieurs choses à la fois, résoudre des conflits, passer rapidement d’un ordre à un autre, inhiber une action.
— Être bilingue développe la créativité
Plusieurs études affirment en outre que le cerveau des personnes bilingues serait plus créatif que celui des unilingues. La première étude sur ce sujet a été réalisée au Québec en 1962, et concluait qu’être bilingue offrirait un réel atout sur le plan cognitif, notamment en termes d’ouverture d’esprit, de créativité, et de flexibilité. La méthodologie employée lors de ces études est néanmoins régulièrement contestée : échantillon trop faible, biais externes, environnement social privilégié…
Enfin, il existe une conséquence non pas positive ou négative, mais neutre : les bilingues mettraient plus de temps pour choisir leurs mots, et auraient moins de vocabulaire. Si l’on demande, par exemple, à un bilingue de nommer le plus de fruits possible, il mettra plus de temps à arriver au nombre de fruits cités par un monolingue.
Cette lenteur n’est pas en soi négative. Elle peut même être perçue comme une certaine forme de sagesse, à laquelle l’apprentissage des langues ne serait d’ailleurs pas étranger !

Lire la suite

Comment trouver un tandem pour apprendre une langue ?

Un échange linguistique entre deux personnes peut se faire de toutes les façons possibles : par mail, par messagerie instantanée, par forum de discussion interposé, par Skype, par téléphone, ou même par un échange de lettres envoyées par la Poste (penpals).
Trouver un tandem, en revanche, est un échange linguistique basé sur un échange oral : conversation par visioconférence, ou rencontre physique pour parler de la pluie et du beau temps. Généralement, la personne A apprend la langue maternelle de la personne B, et vice-versa. C’est le meilleur moyen de pratiquer une langue qu’on est en train d’apprendre : parce que la conversation est plus naturelle et plus intéressante qu’avec un prof de langues, parce qu’un·e locuteur·trice natif·ve vous aidera à améliorer votre accent et votre prononciation, et parce que c’est toujours sympa de rencontrer de nouvelles personnes.
A lire dans le Babbel Magazine : Peut-on perdre son accent ?
Mais trouver un partenaire linguistique pour apprendre en tandem n’est pas si facile. On commence par vous donner les sept règles d’or à respecter, avant de partager avec vous quelques ressources qui vous permettront de trouver un tandem !
Trouver un tandem pour apprendre une langue : les sept règles d’or à respecter
1. Trouvez un tandem qui a le même niveau que vous
Apprendre une langue en tandem est un échange : vous apprenez la langue de votre partenaire linguistique, et lui/elle apprend votre langue maternelle. Or, si vous choisissez un partenaire qui a un niveau de français « intermédiaire » alors que vous venez tout juste de commencer à apprendre l’anglais ou l’espagnol, cela va créer un déséquilibre. La personne la plus avancée aura l’impression de stagner, voire de donner plus que l’autre, créant un sentiment de frustration.
2. Présentez-vous et trouvez-vous des points communs
Le premier échange de messages est essentiel. Trouver un tandem est quelque chose de très particulier, qui se rapproche sensiblement de la recherche d’une âme sœur sur un site de rencontre. C’est d’ailleurs un problème auquel sont souvent confrontées les femmes, qui reçoivent parfois des messages d’hommes davantage intéressés par la rencontre que par l’apprentissage d’une langue.
C’est pourquoi il est impératif, dans votre premier message et/ou votre profil, de vous présenter le plus clairement possible : qui êtes-vous ? Quel est votre âge ? Vos études ? Quel est votre travail ? Vivez-vous seul·e, en couple, en famille ? Comment passez-vous votre temps libre ? Quelles sont vos passions, vos loisirs ? De quoi aimez-vous parler ?
3. Définissez les « règles » avant de rencontrer votre partenaire linguistique
Encore une fois, trouver un tandem n’est pas un flirt : bannissez tout malentendu dès le départ, en fixant des « règles » préalables. Cela peut concerner le lieu de la rencontre (ex: toujours dans un café ou dans un bar), l’heure ou le jour des rendez-vous (ex: uniquement le week-end en début d’après-midi), la fréquence des rencontres (ex: une fois par mois), ou les sujets abordés (ex: aucune question sur sa vie privée). Il est beaucoup plus simple d’enlever une règle établie à priori que de devoir mettre une barrière à posteriori.
Les « règles » peuvent également concerner l’aspect pédagogique de vos échanges : voulez-vous être systématiquement corrigé ? Voulez-vous être aidé lorsque vous cherchez vos mots, ou vous débrouiller ? L’échange doit-il n’être qu’une simple conversation ? Etc.
4. Ne mélangez jamais deux langues
Plutôt que de mélanger deux langues au même moment, optez pour une seule langue parlée le jour de votre rendez-vous. Les rôles seront alors clairement définis : le locuteur natif est « le professeur » tandis que l’apprenant est « l’élève ». D’une séance à l’autre, échangez la langue et les rôles. Cela facilitera énormément votre apprentissage et votre pratique linguistique !
5. Préparez des sujets de conversations
Cela peut paraître artificiel, mais c’est pourtant essentiel : préparez des sujets de conversation. Trouver un partenaire linguistique est relativement facile, mais le garder est une autre paire de manche. Il est courant que deux personnes qui se mettent en tandem pour apprendre une langue ne savent pas quoi se dire, par timidité ou par manque de centres d’intérêts communs.
Afin de remédier à cela, il n’y a pas de solutions miracles. Il y a toutefois des astuces qui marchent mieux que d’autres : préparer des sujets de conversation. Identifier ses propres sujets favoris (parler de politique ? De séries TV ou de films non anglophones ? De littérature ?) mais, surtout, être dans un état d’esprit curieux vis-à-vis des intérêts d’autrui. Vous ne connaissez rien à la pêche à la ligne ? Tant mieux ! Demandez à votre partenaire de tout vous enseigner ! Même ça vous ennuie, ce n’est pas grave : le but est d’écouter quelqu’un parler, et de comprendre ce qu’il ou elle dit. Pas (forcément) de se faire de nouveaux amis.
6. Préparez certaines phrases clés
C’est un point auquel on ne pense pas toujours : préparer certaines phrases clés pour demander un conseil, une aide : « Comment dit-on… », « Que penses-tu de… », « je ne sais pas », « j’aime beaucoup », « je n’aime pas », « c’est super », etc.
7. Venez avec un dictionnaire … et un petit cadeau
Enfin, venir avec un dictionnaire et/ou une application de traduction va beaucoup vous aider. Mais le véritable secret d’un tandem linguistique réussi est de venir avec un petit cadeau lors de votre première rencontre : une plante, un livre, une spécialité culinaire, une bouteille de vin … Cela changera complètement la physionomie de votre tandem linguistique. Évitez simplement de ramener des fleurs !
Comment trouver un partenaire pour apprendre une langue en tandem ?
– My language exchange
My language exchange est, de loin, la plateforme la plus populaire pour trouver un tandem avec qui échanger de longs mails dans la langue que vous apprenez avant de le rencontrer en vrai. Le principe est très simple : grâce à un moteur de recherche, vous lancez une recherche pour trouver un correspondant en fonction de :– sa langue maternelle– la langue qu’il ou elle souhaite pratiquer (optionnel)– son pays (optionnel)– son âge (optionnel)– etc
C’est une plateforme très utilisée par les professeurs de collèges et de lycées du monde entier, mais on y trouve également beaucoup de personnes insérées dans la vie active ou retraitées.
– Polyglot Club
Le Polyglot Club est une véritable institution dédiée aux tandems et aux échanges linguistiques gratuits. Avec plus de 900 000 membres revendiqués, le principe est simple : organiser des événements (pic-nic, apéro linguistique, repas dans un restaurant, …) lors desquels peuvent se rencontrer des locuteurs natifs, et des apprenants de tous les niveaux. Avec, toujours, la même règle d’or : éviter de parler sa langue natale avec un autre participant de même langue maternelle.
Les Polyglot Clubs sont un excellent moyen de rencontrer des personnes avec qui construire un tandem linguistique, ou des apprenants qui sont dans la même dynamique que vous.
– Speaky
Speaky est un réseau social entièrement gratuit, dédié aux personnes qui souhaitent apprendre une langue. On y trouve plus de 180 nationalités, parlant plus de 110 langues différentes, les plus représentés étant les anglophones et les hispanophones.
Le principe est simple et très intuitif : on recherche des correspondants potentiels en sélectionnant des langues, des centres d’intérêts, une nationalité, une tranche d’âge, … Et on envoie un petit message. Il est ensuite possible d’échanger via un chat (qui offre un correcteur automatique) ou un système natif de visioconférence (pas besoin de basculer sur Skype, donc).
– Interpals
Lancé en 1998, Interpals est un pionnier du monde des échanges linguistiques. A l’origine, le site servait à trouver des correspondants (penpals) du monde entier, avec lesquels correspondre en anglais. Aujourd’hui, la communauté est toujours active et permet de se faire de nouveaux amis, de trouver un tandem, ou encore, un correspondant avec qui échanger des lettres. Oui, de vraies lettres, écrites sur du papier et envoyées par la Poste.
– Réseaux sociaux : Couchsurfing, Facebook et consorts
Enfin, les réseaux sociaux comme Couchsurfing ou Facebook sont une mine d’or pour toute personne souhaitant trouver un tandem ou un partenaire linguistique. De nombreux groupes et forums de discussions y existent, dédiés aux échanges linguistiques. Il faut fouiller, et chercher parfois longtemps ; mais cela peut avoir l’avantage de vous éviter une énième inscription sur un énième site internet si vous ne souhaitez pas multiplier vos comptes.

Lire la suite

8 bienfaits insoupçonnés de l’apprentissage d’une nouvelle langue !

L’apprentissage des langues figure chaque année en tête des résolutions de beaucoup d’entre vous – et on comprend parfaitement pourquoi ! Mais saviez-vous qu’apprendre une nouvelle langue offre de nombreux avantages à qui se lance dans l’aventure ?
Pour vous convaincre, nous vous proposons de découvrir quelques-uns des bienfaits insoupçonnés qui attendent celles et ceux qui se prennent de passion pour les langues étrangères. Nous en avons listé huit différents (il y en a bien sûr beaucoup d’autres à découvrir par vous-mêmes) qui vous permettront sans aucun doute de réaliser vos envies polyglottes trop longtemps négligées ! Sans plus attendre, voici donc huit raisons pour lesquelles l’apprentissage d’une langue deviendra sans doute votre passe-temps favori en 2021. 
1. Les bienfaits d’une routine matinale structurée
Rien de tel qu’une routine matinale simple, apaisante et productive pour bien commencer la journée. En plus de vous aider à structurer vos journées, cela vous permet de démarrer la matinée bien mieux que si vous vous plongiez directement dans votre boîte de réception professionnelle ou dans les tâches ménagères.
Et puis, oui, vous l’avez deviné, lorsque vous commencez votre journée par une leçon de langue, vous pouvez avoir un avant-goût de ce formidable espace mental, qu’on appelle aussi « le flux » ou « la zone ». Que ce soit avec notre application ou de manière autonome, un simple quart d’heure d’apprentissage suffit à préparer votre cerveau pour la journée à venir. 
2. Un excellent moyen de prendre soin de sa santé mentale en pratiquant une activité cérébrale
Muscler son cerveau et prendre soin de sa santé mentale en apprenant l’anglais ? C’est la science qui le dit ! Ainsi, selon plusieurs études sur la démence et la maladie d’Alzheimer, les personnes bilingues connaissent un déclin mental plus tardif que les personnes monolingues. Les effets sont sans doute moins visibles à l’œil nu, mais il est tout aussi important de faire travailler son cerveau que ses muscles. Rappelez-vous la dernière fois que vous avez essayé de faire du sport après avoir passé quelques semaines (ou mois, ou années… qui dit mieux ?) sans faire d’exercice. Pour votre cerveau, c’est la même chose : il a besoin d’être stimulé pour être en forme ! 
C’est d’ailleurs ce que nous a confirmé le témoignage de cette personne, qui utilise Babbel régulièrement pour apprendre l’espagnol :
3. Se connecter avec des millions de personnes dans le monde qui apprennent aussi une nouvelle langue
Quelle meilleure façon de se faire de nouveaux amis que de partager des centres d’intérêt en commun ? Sur l’ensemble des plus de 7 milliards d’habitants qui cohabitent sur la planète bleue en 2021, les possibilités de rencontrer des gens qui partagent les mêmes passions que vous sont immenses. Et ce qui est merveilleux, c’est que vous n’avez même plus besoin de voyager pour rencontrer de nouvelles personnes !
Prenez contact avec des personnes ou des communautés en ligne rassemblées autour de thèmes qui vous sont chers, discutez de tous les sujets possibles (sauf du Covid-19, évidemment), tentez votre chance et pratiquez votre nouvelle langue. En ligne, vous trouverez tout un tas de forums de discussion et autres fils de conversation sur les réseaux sociaux pour explorer à loisir les bizarreries grammaticales et dénicher les meilleurs mèmes. 
4. Plonger dans les secrets des autres cultures
Parler une langue, c’est bien plus qu’un simple moyen de communication verbale : c’est une excellente manière de découvrir les secrets des cultures qui nous entourent. Poser un regard curieux sur les traditions et les coutumes, approfondir sa compréhension des valeurs et de l’histoire d’un peuple : l’apprentissage d’une langue favorise ainsi la compréhension de différences culturelles qui peuvent a priori sembler arbitraires. 
5. Parler avec sa grand-mère (ou un neveu, ou un ami lointain) dans leur langue maternelle
Comme le dit très justement Dale Carnegie dans son livre Comment se faire des amis et influencer les autres, « le nom d’une personne est pour elle le son le plus doux et le plus important qui soit, quelle que soit la langue. » Personnellement, j’ajouterais que le nom d’une personne est d’autant plus doux lorsqu’il est prononcé dans sa langue maternelle. Si vous appréciez quelqu’un dont la langue maternelle n’est pas le français, essayez d’apprendre les rudiments de sa langue native. Observez avec attention son visage illuminé lorsque vous essaierez de communiquer avec elle ou lui dans cette nouvelle langue !
Pour Dieter, un utilisateur de Babbel âgé de 76 ans, la communication avec ses petits-enfants est ainsi devenue beaucoup plus facile depuis qu’il s’est remis à l’anglais. Voici ce qu’il nous a écrit :
6. Gagner de l’argent
Pour rester compétitif sur le marché mondial du travail, il est essentiel de pouvoir comprendre au moins deux langues. C’est particulièrement vrai si vous travaillez dans des domaines tels que la finance, l’hôtellerie ou le marketing. Bien plus amusant que de suivre un cours Excel, et bien moins couteux qu’une formation en web development, c’est un investissement sûr ! De surcroît, ce multilinguisme vous apportera bien d’autres avantages, notamment dans vos relations sociales au travail, car la maîtrise de plusieurs langues vous permettra de mieux comprendre et communiquer les besoins au sein de votre équipe. 
7. Lire dans une nouvelle langue
Si vous aimez lire, vous trouverez beaucoup de plaisir et d’intérêt à pouvoir enrichir cette expérience en découvrant des histoires dans de nouvelles langues. Au fil de votre apprentissage, vous pourrez vous plonger de plus en plus dans de nouveaux drames et romans. Et n’oubliez pas : dans chaque langue, il existe un Michel Houellebecq ou un Emmanuel Carrère, et vous aurez la chance de pouvoir vous évader dans des millions d’autres livres, rien qu’en apprenant une nouvelle langue. 
8. Surmonter en douceur les épreuves de la vie quotidienne
Dire que l’histoire (très) récente est placée sous le signe de la morosité est un doux euphémisme. Apprendre une nouvelle langue ne sauvera pas le monde de la Covid-19, certes, mais vous lancer dans cette aventure vous procurera à coup sûr un sentiment de progression et de satisfaction personnelle. Cela vous aidera à renouer avec le monde, mieux que jamais, au sortir de cette période.
C’est d’ailleurs le message que nous transmit Andre, l’un de nos fidèles abonnés :

Lire la suite

Guide MosaLingua : Comment réussir à tenir vos résolutions du Nouvel An [eBook]

Nouvelle année, nouveau vous ?
Le Nouvel An est un bon moment pour faire des plans pour le futur. La plupart des gens se sentent énergiques après les vacances et prêts à retourner dans le rythme de la vie quotidienne (et peut-être un peu coupables de tous les suppléments de gâteaux et de vins qu’ils ont mangés et bus). Ils ont de grandes ambitions. Les gens du monde entier prennent de nouvelles résolutions et se fixent de nouveaux buts pour le Nouvel An.
Ce n’est pas pour plomber l’ambiance… mais est-ce que vous saviez qu’environ 80% des résolutions prises lors du Nouvel an ne sont pas tenues ? Argh. Heureusement, il y a une simple raison derrière ça et il s’agit du genre d’objectifs que les gens se fixent et de la manière dont ils s’y prennent pour les atteindre.

Comment réussir à tenir vos résolutions du Nouvel An
A MosaLingua, nous nous efforçons d’aider les gens à atteindre leurs objectifs linguistiques. Nous aimons aussi voir nos membres réussir et faire des progrès. C’est pourquoi nous avons créé le Guide MosaLingua : Comment tenir vos Résolutions.
Dedans, vous trouverez une tonne d’informations utiles pour être sûr de réussir à tenir vos résolutions du Nouvel an. Il comporte des astuces, un plan d’action que vous pouvez adapter à vos objectifs et pleins d’autres ressources.
Nous étudions le meilleur moyen de définir et fixer vos objectifs, comment rester sur la bonne voie et travailler dur (sans vous épuiser), comment organiser vos projets par priorité tout au long de l’année et d’autres super techniques pour faire plus en moins de temps.
Oh, et le meilleur dans tout ça : c’est 100% gratuit. ?
Le Guide MosaLingua pour tenir vos résolutions
Vous pouvez obtenir votre copie du guide en cliquant sur l’image ou le lien ici :

Le Guide MosaLingua pour tenir vos résolutions du Nouvel An
(téléchargement gratuit)
Nous aimerions beaucoup savoir ce que vous pensez de notre guide dans les commentaires. Avez-vous trouvé quelques infos utiles sur la manière d’être organisé ? Avez-vous des astuces ou des conseils à partager ? Dites-le nous !
Vous pouvez aussi vouloir jeter un coup d’œil à ces articles pour aller plus loin :

Merci pour votre vote

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua
Plus de 3 MILLIONS de personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :
Vous voulez commencer tout de suite ?

Commencez à apprendre une langue gratuitement

Cet article vous donne envie d’apprendre une ou plusieurs langues ?
Nous avons 2 super nouvelles… La première : nous pouvons vous aider.Deuxième bonne nouvelle : vous pouvez commencer gratuitement et dès maintenant ! Activez votre essai gratuit, et profitez pendant 15 jours de cette méthode efficace pour apprendre les langues.
Flashcards pour apprendre du vocabulaire, vidéos en V.O. avec sous-titres, livres audios, textes adaptés à votre niveau : MosaLingua Web vous donne accès à tout cela, et bien plus encore ! Commencez tout de suite (c’est gratuit et sans risque).

Je commence tout de suite

  Tweet
 
 
 
 
 
 
 
 

Articles qui peuvent vous intéresser :

Lire la suite

Quelles langues parle-t-on en Chine ? Notre guide des langues chinoises

Que signifie « parler chinois » ? Plus qu’une langue chinoise, il existe des langues chinoises. Une famille de 200 à 300 langues, en fonction des estimations et des classifications des langues et dialectes, qui rassemble 1,4 milliard de locuteurs… soit une personne sur cinq à l’échelle mondiale !
Suivez-nous jusqu’aux confins de l’Empire du Milieu, un territoire gigantesque fait de rizières, collines, montagnes, lacs, villages traditionnels et grandes villes modernes. Découvrons ensemble ce qui unit (et désunit) les langues chinoises !
Le mandarin : l’unification par la langue
Par abus de langage, on utilise souvent le terme chinois pour désigner le mandarin. Comptant environ un milliard de locuteurs, il s’agit non seulement de la première langue chinoise mais aussi de la langue la plus utilisée dans le monde.
À la différence de l’Inde, réputée elle aussi pour son plurilinguisme, la Chine a opté pour une politique d’unification linguistique au XXe siècle. Là où les langues régionales continuent à animer les conversations du sous-continent indien, le mandarin s’est imposé au niveau national en Chine. Le pays ne reconnaît d’ailleurs qu’une seule langue officielle : le mandarin standard. Il s’agit d’une version codifiée du mandarin, lui-même fondé sur le dialecte de Pékin. Le mandarin standard est également l’une des quatre langues officielles de Singapour, aux côtés du malais, du tamoul et de l’anglais. Il fait aussi partie des six seules langues à bénéficier du statut officiel à l’ONU avec l’arabe, l’espagnol, le russe, l’anglais et le français – bien que, dans les faits, seules les deux dernières soient utilisées comme langues de travail.
Il existe plusieurs termes pour se référer au mandarin : 国语 (guóyǔ, « langue nationale ») à Taïwan, 普通话 (pǔtōnghuà, « langue commune ») en Chine continentale, 汉语 (hànyǔ, « la langue des Hans ») ou encore 中文 (zhōngwén, « la langue de la Chine »). Pourtant, aucune appellation ne porte la racine mandarin. L’usage du mot mandarin a été popularisé par l’anglais. Si son étymologie reste obscure, l’une des hypothèses avance le sanskrit मन्त्रिन् (mantrin) pour « ministre, conseiller » en référence aux dirigeants des dynasties Ming et Qing. La même racine est à l’origine du mot mantra, également utilisé en français.
Aujourd’hui, 400 millions de Chinois ne parlent pas le mandarin, ce qui représente environ 30 % de la population du pays. Quelles sont donc les autres langues chinoises ? Aventurons-nous un peu plus loin !
Yue, wu, min, xiang… : la grande famille des langues chinoises
Les langues chinoises forment un sous-groupe de la famille des langues sino-tibétaines. Elles dérivent du chinois classique qui a connu son âge d’or du Ve siècle avant J-C. jusqu’au IIe siècle avant d’être valorisé en tant que langue littéraire (文言文, wényánwén). 
Les langues chinoises ont pour principal trait commun d’être toutes des langues tonales. À chaque son est associé un ton (une intonation) qui change la signification du mot. Le chinois mandarin compte quatre tons (plus un ton neutre). Mais le yue, ou cantonais, en compte traditionnellement neuf, qui ont tendance à être regroupés en six tons aujourd’hui. Avec ses 85 millions de locuteurs (langue première et seconde en tenant compte de la diaspora), il s’agit de la deuxième langue chinoise. On la pratique essentiellement à Guangzhou (ville aussi connue sous le nom de Canton en français) et dans la région administrative spéciale de Hong Kong. Les locuteurs du cantonais représentent environ un quart des non-mandarinophones en Chine. Quant au wu, il ne compte que deux tons. Parlé à Shanghai et dans le Zhejiang, il complète le podium des langues chinoises avec 80 millions de locuteurs (soit autant que le coréen).
Les autres principales langues chinoises sont :
– le min (闽语), qui compte 50 à 70 millions de locuteurs, essentiellement dans la province du Fujian. En plus de ne pas être compréhensible des locuteurs du mandarin, le min englobe cinq dialectes (minbei, mindong, minnan, minzhong et puxian) qui ne sont pas non plus mutuellement intelligibles ;
– le hakka (客家话), parlé par environ 50 millions de personnes et qui est aussi l’une des langues officielles de Taïwan ;
– le xiang (湘语), parlé dans le Sichuan et le Hunan par au moins 30 millions de Chinois. Elle était la langue maternelle de Mao Zedong, natif du Hunan, qui a appris le mandarin standard comme seconde langue ;
– le gan (贛語), parlé par environ 20 millions de personnes, surtout dans la province de Jiangxi, et qui est resté particulièrement proche du chinois archaïque (qui a précédé la période du chinois classique).
Autre point commun des langues chinoises : elles utilisent toutes le même système d’écriture. Vu de l’étranger, c’est souvent pour cette raison que l’on tend (à tort !) à toutes les considérer comme des dialectes du mandarin au lieu de langues à part entière. Ce sont les fameux sinogrammes ou hànzì (汉字) qui associent un son à un caractère précis… et contribuent à la réputation de langue difficile du mandarin (et par extrapolation, des langues chinoises en général). D’ailleurs, qu’en est-il vraiment ?
La difficulté des langues chinoises : mythe ou réalité ?
Selon les critères du HSK, seul test d’évaluation officiel du mandarin, il faut connaître un minimum de 5 000 caractères chinois pour prétendre au niveau de maîtrise le plus élevé de la langue. Un travail fastidieux lorsqu’on sait qu’il n’existe aucun lien logique entre la prononciation d’un caractère, son écriture et sa signification. Chaque sinogramme doit donc être appris individuellement. Et il ne s’agit que du mandarin ! En effet, un caractère utilisé en mandarin peut avoir une signification ou une prononciation tout à fait différente dans une autre langue chinoise. Connaître 2 500 caractères permet déjà d’être reconnu comme locuteur à un niveau avancé. Et le constat pourrait s’arrêter ici : le mandarin est bel et bien une langue très difficile. Sauf que…
Le mandarin et les langues chinoises sont en quelque sorte le négatif du russe et des langues slaves. Combien d’apprenants ont déjà eu envie de fuir en apercevant l’ombre du cyrillique, qui ne présente pourtant aucune difficulté majeure ? La grammaire du russe ou de l’ukrainien en revanche, c’est une autre paire de manches ! Les langues chinoises sont dites analytiques, à l’inverse du russe, de l’allemand et même du français qui sont des langues flexionnelles. Pas de panique, on vous explique tout.
En tant que langue analytique, le mandarin (tout comme ses langues sœurs) repose uniquement sur l’organisation et l’association des mots dans la phrase pour créer du sens. Autrement dit :
– si les conjugaisons en espagnol vous paraissent compliquées, vous serez ravi d’apprendre qu’il n’y a pas de conjugaison en mandarin, seulement des marqueurs de temps (aujourd’hui, je vais ; hier, je vais ; demain, je vais, etc.) ;
– il n’y a ni genres ni déclinaisons en mandarin (contrairement à l’allemand) ;
– il n’y a pas de pluriel non plus (à l’inverse du russe qui a la bonne idée de les faire varier en fonction du nombre : 1 день, 1 jour mais 3 дня, 3 jours et 5 дней, 5 jours) ;
– d’ailleurs, les nombres se construisent logiquement en mandarin puisque 81 se lit simplement huit-dix-un 八十一 (rien à voir avec l’acrobatie mentale « quatre fois vingt plus un » dans notre chère langue !) ;
– enfin, pas d’agglutination non plus, c’est-à-dire d’ajout d’affixes, comme en turc ou en hongrois.
En plus de leur beauté calligraphique, les langues chinoises sont des langues aussi poétiques que logiques. Par exemple, « feu » se dit 火 (huǒ) et « montagne » se dit 山 (shān) en mandarin. Et que donne l’association de ces deux caractères ? 火山 (huǒshān) signifie « volcan » ! Notons au passage la ressemblance entre le caractère du feu et celui de la montagne avec les réalités respectives qu’ils désignent. Ou plutôt dessinent. Les mots feu, montagne et volcan en français peuvent-ils se vanter d’être aussi évocateurs ?
Au fait, quelles autres langues parle-t-on en Chine ?
Toutes les langues chinoises sont des langues de Chine. Mais toutes les langues de Chine ne sont pas des langues chinoises ! Finissons donc notre voyage en Asie orientale avec deux autres langues fascinantes :
– Le tibétain, une autre langue tonale qui n’est pas directement apparentée aux langues chinoises bien qu’elle fasse partie de la grande famille des langues sino-tibétaines. Le tibétain est une langue-toit qui regroupe plusieurs dizaines de dialectes, parlés au Tibet, en Chine de l’Ouest, au Bhoutan, au Népal, en Inde du Nord et à l’est du Pakistan. Environ sept millions de locuteurs de langues tibétiques sont recensés dans le monde, dont une majorité dans la région autonome du Tibet. En fonction des régions, différents systèmes d’écriture sont utilisés (alphasyllabaire tibétain, alphabet ourdou ou devanagari).
– L’ouïghour, une langue altaïque ou en tout cas une langue turque du Xinjiang, parlée par une vingtaine de millions de personnes. Elle s’écrit à l’aide de l’alphabet arabe et présente de grandes similitudes avec les langues de l’Asie centrale, notamment l’ouzbek. C’est une langue sans le moindre lien de parenté avec la famille des langues chinoises et qui a fait de nombreux emprunts au persan et au russe au cours de sa longue histoire !

Lire la suite

5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage des langues

Aujourd’hui, nous voulions vous rendre la vie plus facile en répondant directement à une question qui nous a été posée un nombre incalculable de fois : comment réussir à apprendre une langue ? ou encore, est-il difficile d’apprendre une langue ? ou bien, pourquoi certains y arrivent… et d’autres, non ? On vous dévoile ici les 5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage d’une langue.

Nous aidons les gens à apprendre des langues, partout dans le monde, depuis plus de 10 ans (à ce jour, en 2020). Nous avons eu la chance de discuter avec la majorité d’entre eux, et ainsi de découvrir quels étaient leurs problèmes et difficultés. Et comme notre communauté rassemble aujourd’hui plus de 10 millions de personnes, ça en fait des retours ! Ainsi, nous avons une idée plutôt claire de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans l’apprentissage.
Quels sont les 5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage d’une langue étrangère ?
1. La motivation
Nous nous sommes aperçus que les gens qui sont les plus motivés obtiennent les meilleurs résultats, et le plus rapidement. J’aime penser que la motivation est comme un carburant et apprendre une langue, un voyage. La motivation est le carburant qui vous emmène là où vous voulez aller.  Mais avant de vous mettre en route, vous devez être sûr d’avoir fait le plein : autrement dit, d’avoir identifié une très bonne raison de vouloir apprendre une langue.
Il existe beaucoup de raisons valides mais en voici juste quelques-unes que vous pouvez noter si besoin :
partir plus souvent dans les pays étrangers ;
ouvrir les portes à de nouvelles opportunités professionnelles ;
discuter avec des amis et/ou de la famille vivant dans un pays étranger ;
entraîner votre esprit ;
expérimenter d’autres cultures.
Ce ne sont que quelques exemples qui pourraient vous motiver… Elles sont toutes aussi bien les unes que les autres. Mais il peut y en avoir d’autres. Pour vous assurer d’atteindre vos propres objectifs, vous devez identifier quel est VOTRE carburant, votre motivation. Ainsi, posez-vous cette question : pourquoi est-ce que je veux apprendre une langue ?
2. Le temps
Je pense que ce ne sera une surprise pour personne si je vous disais que vous avez besoin de consacrer un peu de temps à votre apprentissage tous les jours (disons, pendant au moins trois mois) pour apprendre la langue de votre choix. Le temps est donc l’un des facteurs clés du succès les plus importants dans l’apprentissage des langues. C’est aussi pourquoi beaucoup de gens ne commencent jamais, ne se lancent jamais dans l’apprentissage… Car ils n’ont pas le temps !
Et bien, pour vous dire très honnêtement, nous considérons que c’est une fausse excuse. Oui car si une langue est importante pour vous, en théorie, et si vous êtes motivé pour l’apprendre, vous pouvez et devez trouver du temps. Si vous vous dites “Je n’ai pas le temps“, ce que vous vous dites réellement c’est que ce n’est pas important pour vous. Sauf quelques exceptions, peut-être le président ou Elon Musk, nous avons tous un peu de temps à consacrer à l’apprentissage d’une langue.
Regardez bien votre emploi du temps et identifiez ces zones de libertés où vous pourrez consacrer 10 à 15 minutes d’apprentissage par jour. N’hésitez pas à réduire les activités qui n’apportent pas beaucoup de valeur à votre vie, et n’oubliez pas de profiter de tous les temps morts de votre journée. Nos cours sont disponibles sur mobile, donc vous pouvez apprendre dans les transports en communs, en faisant la queue dans les magasins, etc.
3. La régularité
Nous l’avons vu en action : les apprenants qui font le plus de progrès sont ceux qui apprennent un peu tous les jours. Si vous décidez que vous pouvez passer cinq heures par mois sur une langue, c’est mieux d’étudier 10 minutes par jour, tous les jours, que d’avoir deux longues séances de 2h30 par mois. Et certains polyglottes très connus seraient d’accord sur cette importance de la régularité. Certains sont rapidement capables d’atteindre un niveau avancé dans une nouvelle langue en s’entraînant quotidiennement. Il n’est pas question de don spécifique… Les polyglottes sont simplement des gens disciplinés et réguliers.
4. La bonne méthode
Même si vous avez la motivation, le temps et la régularité, vous n’iriez pas très loin sans une bonne méthode d’apprentissage. Une bonne approche est celle qui :
est efficace
répond à vos besoins
Ce qui est bien avec l’apprentissage des langues, c’est que de nombreux chemins mènent au même but. Des méthodes variées peuvent vous aider à parler couramment votre langue cible. Chez MosaLingua, nous ne revendiquons pas d’avoir créé les méthodes de référence d’apprentissage des langues. Mais nous savons que l’approche de MosaLingua fonctionne, et qu’elle est extrêmement efficace. Une méthode efficace vous donnera les meilleurs résultats possibles en peu de temps. Une heure de travail sur un de nos cours peut produire les mêmes résultats que ce qui vous prendrait des jours ou même des semaines de pratique pour atteindre le même niveau dans d’autres méthodes…
En plus, voir ses progrès encourage et motive, et cela vous donnera envie de consacrer plus de temps à votre apprentissage. C’est un cercle vertueux : voir des résultats motive > être motivé donne envie de consacrer plus de temps à l’apprentissage de façon régulière > ce qui conduit à plus de résultats.
Nous commençons tous à un niveau différent, avec un but différent, des emplois du temps différents, etc. C’est pourquoi nous avons développé quelques cours et formations différentes. Vous pouvez choisir n’importe lesquelles qui répondent le mieux à vos besoins à n’importe quel moment.
5. Surmonter vos barrières psychologiques
Nous nous sommes rendus compte que l’un des obstacles principaux rencontrés par les apprenants en langues est le mental. Certains apprenants ont beaucoup de mal à briser les murs “psychologiques” qu’ils se sont construits. C’est un sujet que nous veillons à aborder dans tous nos cours car ça touche beaucoup de gens, et pourtant il fait cruellement défaut dans la plupart des autres cours de langues et méthodes d’apprentissage. Voici quelques barrières psychologiques les plus courantes :
le manque de confiance en soi,
la timidité,
la peur de faire des erreurs (autrement appelé perfectionnisme).
Ce ne sont pas les seuls… mais de notre expérience, ce sont les plus courants. Et nos cours vous aideront à les surpasser.
Le résumé en vidéo
Pour résumer et revenir sur ces 5 facteurs clés du succès dans l’apprentissage des langues, je vous invite maintenant à regarder cette vidéo. Cette vidéo est disponible sur notre chaîne YouTube, ou vous pouvez la visionner ci-dessous. Elle est dispo en anglais avec les sous-titres dans la langue de votre choix parmi français, anglais, espagnol, italien, allemand et portugais.
 [embedded content]
N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour plus d’astuces
Si vous avez les 5 facteurs clés de succès dans l’apprentissage, vous êtes sûr d’atteindre vos objectifs ! Pour aller plus loin, nous vous recommandons ces articles (et conseils) qui pourraient aussi vous intéresser :

Merci pour votre vote

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua
Plus de 3 MILLIONS de personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :
Vous voulez commencer tout de suite ?

Commencez à apprendre une langue gratuitement

Cet article vous donne envie d’apprendre une ou plusieurs langues ?
Nous avons 2 super nouvelles… La première : nous pouvons vous aider.Deuxième bonne nouvelle : vous pouvez commencer gratuitement et dès maintenant ! Activez votre essai gratuit, et profitez pendant 15 jours de cette méthode efficace pour apprendre les langues.
Flashcards pour apprendre du vocabulaire, vidéos en V.O. avec sous-titres, livres audios, textes adaptés à votre niveau : MosaLingua Web vous donne accès à tout cela, et bien plus encore ! Commencez tout de suite (c’est gratuit et sans risque).

Je commence tout de suite

  Tweet
 
 
 
 
 
 
 
 

Articles qui peuvent vous intéresser :

Lire la suite
Chargement

traducteur

Aller au contenu principal