Print Friendly, PDF & Email

Les salariés ont le droit de prendre leurs repas à leur poste de travail. Le gouvernement de Jean Castex a publié, dimanche 14 février au Journal officiel, un décret ouvrant cette possibilité à titre temporaire, dès lundi et jusqu’à six mois après l’issue de l’état d’urgence sanitaire. L’état d’urgence sanitaire doit s’achever le 1er juin, en l’absence d’éventuelle prorogation, d’après un projet de loi adopté le 9 février.

Pour se conformer aux règles de distanciation sociale, les restaurants et les cafétérias des entreprises ont restreint leurs capacités d’accueil. Parallèlement, le froid et la fermeture des cafés et des autres restaurants augmentent les hypothèses de prise des repas dans les locaux des entreprises.

L’article R. 4228-19 du Code du travail fixe l’interdiction méconnue « de laisser les travailleurs prendre leur repas dans les locaux affectés au travail ». Un décret du 7 mars 2008 avait créé cet article. Comme le rappelle Le Monde, dans de nombreuses entreprises, des règlements intérieurs imposaient la même mesure.

« Le décret de 2008 répondait à un problème de mauvaises conditions sanitaires, a expliqué au journal Régis Bac,responsable du service des

Poursuivre la lecture de l'article sur le site d'origine →

LIRE  Des rivières et des hommes : hydrologie, hydraulique et géomorphologie