打印友好,PDF和電子郵件

L’accès à une solution d’accueil pour son enfant reste encore trop souvent une difficulté majeure pour les personnes les plus éloignées de l’emploi. Plus de 160 000 personnes ne reprennent pas le travail faute de solution, ce qui en fait le deuxième frein identifié à la reprise d’une activité ou d’une formation. Cette situation est encore plus problématique pour les familles monoparentales, notamment celles qui travaillent en horaires décalés ou qui ont seulement besoin de quelques heures pour se rendre à un entretien ou une formation.

Par ailleurs, les métiers de la petite enfance connaissent depuis quelques années d’importantes tensions de recrutement. Ce secteur constitue donc une opportunité pour diversifier les activités exercées par les personnes en parcours d’insertion et en recherche d’emploi et les former à des métiers qui recrutent.

C’est pourquoi la ministre déléguée chargée de l’Insertion et le Secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles affirment par le protocole “Insertion dans l’emploi / Petite enfance” l’intérêt d’une action commune visant :

1) D’une part, à accélérer la levée des freins au retour à l’emploi liés à l’accueil du jeune enfant. A ce titre, il est notamment convenu :

D’œuvrer à l’élargissement des aides financières,

READ  專業過渡項目-CPF專業過渡