De nos jours on fait face à une réelle inflation, et pour cette raison, le gouvernement veille à ne pas laisser tomber les retraités. La loi sur le pouvoir d’achat, qui a été soumise au Conseil des ministres et attend l’approbation du Parlement, comprend de nombreuses mesures visant à protéger un pouvoir d’achat qui est déjà vraiment affaibli. De ce fait, à quelles conditions et à quelles prestations les retraités ont-ils droit ? Nous allons voir tout cela, dans l’article qui suit ! Focus !

Ce qu’il faut savoir sur la revalorisation des pensions de retraite

C’était l’une des promesses symboliques du président Emmanuel Macron aux retraités. À la suite de plusieurs semaines d’ambiguïté, le gouvernement a tranché, il veut augmenter les pensions de base des retraités et des invalides de 4 % à partir du 1er juillet. Une aubaine pour nos ainés, qui peinent depuis peu à remplir leurs caddies de courses !

Mais comment se traduit cette revalorisation ? Concrètement, quelqu’un qui a une pension d’une valeur de 1 200 € touchera 60 € de plus par mois, explique Elisabeth Borne. “Nous allons aussi consolider la hausse de 1 % sur les revenus touchés depuis le début de l’année”, a encore une fois déclaré aux Parisiens l’assistant du Premier ministre.

À la suite de l’adoption du projet de loi par le Congrès, les retraités ont constaté cette augmentation au niveau de leurs comptes bancaires en date du 9 août, car leur pension de base de juillet a été versée ce jour-là. Il est à noter toutefois que cette réévaluation ne concerne que les pensions de base. Les retraites complémentaires gérées par le partenaire social et non par l’État ne sont pas concernées par cette augmentation.

LIRE  Ce qu’il faut savoir sur le prélèvement à la source

Quels sont les salariés qui sont concernés par la prime au pouvoir d’achat pour retraités ?

Il faut savoir que la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat est destinée pour tous :

  • les travailleurs ;
  • les collaborateurs ;
  • les employés ;
  • les contractuels publics ou privés ;
  • les fonctionnaires.

Donc tous les salariés qui sont liés à une entreprise par le biais d’un contrat de travail ou dans le cadre d’une autorité publique (EPIC ou EPA) peuvent en bénéficier, à la date de paiement, la date de remise du contrat à l’autorité compétente ou la date de signature de la décision unilatérale de l’employeur à l’origine de celle-ci !

Une entente ou une décision unilatérale doit préciser la date de présence du travailleur choisie parmi les options disponibles. Il s’agit notamment des salariés à temps plein ou à temps partiel, des titulaires d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, etc.

En tout état de cause et comme le précise la loi, il n’y a que les primes versées aux salariés dont la rémunération est inférieure à trois fois la valeur annuelle du salaire minimum brut (correspondant à la période de service précisée dans le contrat) qui sont exonérées d’impôts et de la sécurité sociale. Il est conseillé de se rendre sur le site du Pouvoir Public pour avoir plus d’infos concernant les barèmes de calculs des retraites et pour savoir si vous êtes réellement éligibles à cette prime sur le pouvoir d’achat.

L’assurance retraite compétente des retraités

Ces aides au pouvoir d’achat restent destinées aux allocataires méritants. Certains de ces minimums sont le RSA, l’Allocation Adulte Handicapé et même les Primes d’Activité. Dès que vous retirez la rente minimum du régime général, l’assurance rente se charge de payer la surtaxe d’inflation. C’est le cas, par exemple, si vous êtes salarié et indépendant. Pour ce qui est des autres régimes de retraite, ils contribuent à ce paiement seulement s’ils ne reçoivent pas de rentes du régime général. Une prestation de 100 € sera versée aux retraités dont les cotisations sociales nettes étaient inférieures à 2 000 € en octobre 2021. Toutes les pensions qui sont perçues sont prises en considération, que ce soit les rentrées de :

  • base ;
  • complémentaires ;
  • individuelles ;
  • à terme.
LIRE  Que faut-il savoir sur le statut de sociétaire à la Macif ?

À une exception près : en cas de cumul d’emploi et de retraite, de retraite partielle et de perception d’une pension de survivant en même temps que le travail, l’employeur versera alors principalement une majoration pour inflation.