Print Friendly, PDF & Email

Aussi bien dans le milieu familial que professionnel, savoir écouter permet de résoudre ou d’éviter bien des problèmes et d’apaiser bon nombre de situations. C’est la raison pour laquelle tout un chacun doit apprendre à écouter l’autre afin de mieux comprendre ce qu’il dit, cela, dans une optique  de dialogue constructif. Une telle aptitude n’est pourtant pas innée, elle s’acquiert avec de la pratique. Comment et pourquoi écouter efficacement ? Voici les réponses.

Qu’est-ce qu’écouter ?

 Se taire et parler peu

Écouter signifie avant tout se taire et laisser l’autre personne s’exprimer ou dire ce qu’elle pense à propos d’une situation. Vous devez donc veiller à ne pas lui couper la parole en lui racontant une situation semblable vécue récemment ou un souvenir du même genre. En effet, là, il ne s’agit pas de vous, mais de la personne. Aussi, quand quelqu’un souhaite vous parler, c’est rarement pour vous entendre parler de vous. Ce qu’il cherche, c’est être écouté, alors autant lui permettre de parler si vous avez accepté de l’écouter.

Rester concentré sur la personne et sur ce qu’elle dit

Écouter, c’est aussi rester concentré sur la personne et sur ce qu’elle dit. Cela veut dire, ne pas penser à ce que vous allez pouvoir lui répondre, mais essayer d’abord de comprendre sa situation. Lui accorder une oreille attentive est effectivement le seul moyen de lui venir en aide, ce qui vous incite à oublier vos propres préoccupations pour mieux vous focaliser sur les siennes. Évitez donc de ressasser ce que vous pouvez bien lui répondre, concentrez-vous d’abord sur ce qu’elle vous dit.

Rester neutre

Savoir écouter sous-entend aussi regarder sereinement et tranquillement l’autre personne pendant qu’elle parle sans chercher à la dominer ni à la juger. En effet, si votre attitude montre le contraire, cela peut signifier à votre interlocuteur qu’il vous ennuie et il va couper court à l’entretien ou à la conversation. Quel que soit alors le but ultime de cette dernière, c’est peine perdue, car l’autre risque de ne pas se confier de nouveau ou de se rétracter.

LIRE  L’assertivité

Le but d’une écoute attentive est donc de pouvoir échanger ou partager des idées avec la personne afin de trouver une issue ou une solution au problème qui vous rassemble. Rester neutre et objectif permet ainsi d’accomplir un grand pas vers la résolution des problèmes et de délivrer si besoin des conseils pertinents.

Poser les bonnes questions

Pour connaître le fond du problème, il faut que vous posiez les bonnes questions. Cela est valable qu’il s’agisse d’un entretien d’embauche, des motifs d’absence au travail ou autre. En les posant directement, vous êtes sûr de pouvoir en tirer des réponses précises, ce qui vous permettra d’avoir des éclaircissements sur le sujet. Ainsi, si des zones d’ombres perdurent, vous le saurez immédiatement et obtiendrez des informations de qualité.

Ne pas juger la personne

Comme expliquer auparavant, ne porter aucun jugement sur la personne, mais rester objectif, donc adopter les gestes, le regard et l’intonation de voix qui s’y prêtent évite les complications. Cette attitude est notamment conseillée en cas de conflit entre plusieurs protagonistes ou autre. Cela veut dire que vous ne prenez parti pour personne et que vous vous efforcez seulement de trouver la meilleure chose à faire pour arranger la situation.

Être intéressé par ce que l’autre personne dit

Il faut également être intéressé par ce que la personne raconte. En effet, celle-ci ne pourra pas en être convaincue si vous ne montrez pas les signes visuels et verbaux qui prouvent que vous lui portez toute votre attention. Hochez par exemple la tête de temps en temps pour l’inciter à continuer son explication ou pour lui signifier que vous approuvez ce qu’elle dit. Au cas où cela vous semble difficile alors que vous pratiquez un métier qui nécessite de savoir écouter, vous devez vous entraîner et pratiquer des exercices.

LIRE  Comment ne plus s’énerver au travail ?

Ne pas offrir de conseils

Dans certaines situations, si votre interlocuteur ne vous demande pas de conseils, évitez de lui en donner. Il se peut en effet qu’il recherche seulement une oreille attentive et compatissante, juste pour se soulager d’un poids énorme. Au cas où il se plaint de vous ou de votre réaction, laissez-le parler et vider son sac comme on dit. Une fois qu’il a fini de parler, essayez de lui expliquer les choses calmement et de mettre tous les points nécessaires au clair.

Ainsi, il saura que vous l’écoutez vraiment et qu’il n’aura pas à répéter toujours la même chose au cas où il s’agit de plaintes.

Être empathique

Sans être d’accord avec votre interlocuteur, vous pouvez ainsi l’écouter, mais au lieu d’émettre des objections, il vous est possible de voir la situation de son point de vue. En procédant comme tel, vous êtes sûr de mieux le comprendre et de considérer sous un autre angle son point de vue. Sans forcément accepter ce que l’autre pense ou dit, vous pouvez cependant adopter une bonne attitude devant lui pour calmer la situation.

Écouter ne veut toutefois pas dire être disponible ou indisponible à tout moment

Certains cas font toutefois exception à la règle. En effet, quoiqu’il s'agisse d'un savoir-faire ou une disposition à se mettre en relation avec l’autre, avoir cette aptitude d’écoute ne doit pas être confondu avec l’envahissement ou l’indifférence.

Ne pas se laisser accaparer par autrui

Il ne faut pas écouter de peur de ne pas être assez aidant ou aimant. En effet, il vous est impossible d’écouter tout le monde et de chercher à régler à vous tous seuls tous les problèmes possibles et imaginables. Vous devez distinguer l’écoute objective de celle qui est subjective et qui risque de vous transformer en éponge qui aspirera tous les soucis de vos collègues sans réellement pouvoir n’en résoudre aucun.

LIRE  Comment gérer la relation avec son manager ?

Ne pas entendre ce qu’on dit

Le comportement contraire consisterait à faire semblant d’écouter, certaines personnes ne sont pas  réellement attentives à ce qu’on leur dit. Leur seul souci est de pouvoir fournir des arguments, ce, sans écouter ce que l’autre souhaite vraiment faire savoir. Elles ne s’intéressent tout simplement donc pas à ceux qui ne fonctionnent pas comme elles et ne prennent même pas la peine de faire semblant de leur accorder de l’importance la plupart du temps.

Le juste milieu entre ces deux extrêmes serait d’être empathique sans devoir se laisser distraire par les gens qui ont toujours quelque chose à reprocher aux autres ou devenir trop distant.