Le monde devient plus complexe et les décisions doivent être prises plus rapidement. Les méthodes agiles apportent des réponses concrètes aux nouveaux défis du monde informatique. Dans ce tutoriel vidéo, Benoit Gantoum, un programmeur qui utilise les méthodes agiles depuis son arrivée en France, vous aidera à les comprendre et à les appliquer. Les chefs de projet et ceux qui veulent comprendre les principes de base des méthodes agiles apprendront un cadre méthodologique pour intégrer les méthodes agiles dans leurs projets.

Quels sont les 12 principes du Manifeste Agile ?

Le Manifeste Agile et la méthodologie qui en découle sont basés sur quatre valeurs principales. Sur la base de ces valeurs, 12 principes agiles que vous pouvez facilement adapter aux besoins de votre équipe sont à votre disposition. Si les valeurs agiles sont les murs porteurs de la maison, ces 12 principes sont l’espace sur lequel la maison est construite.

Les 12 principes du manifeste agile en résumé

  1. Assurer la satisfaction du client par la livraison régulière et en temps voulu des fonctionnalités. En mettant régulièrement à jour les produits, les clients obtiennent les changements qu’ils attendent. Cela augmente la satisfaction et assure un flux régulier de revenus.
  2. S’adapter à l’évolution des besoins, même après la fin du projet. Le cadre Agile est construit sur la flexibilité. Dans un processus itératif comme Agile, la rigidité est considérée comme infiniment préjudiciable.
  3. Fournir des solutions qui fonctionnent. Le premier principe est qu’une solution qui apporte une valeur ajoutée réduit souvent la probabilité que les clients partent ailleurs pour trouver un meilleur produit.
LIRE  Lanceur d’alerte : pas de protection du salarié en l’absence de faute pénale de l’employeur

      4. Favoriser le travail collaboratif. La collaboration est importante dans les projets Agile, car il est important que chacun s’intéresse aux    autres projets et travaille davantage avec des personnes partageant les mêmes idées.

  1. Veiller à la motivation des intervenants. Des personnes motivées travaillant sur le projet. Les solutions agiles fonctionnent mieux lorsque les équipes sont déterminées à atteindre leurs objectifs.
  2. S’appuyer sur le dialogue personnel pour une communication efficace. Notre communication a beaucoup changé depuis 2001, mais ce principe reste valable. Si vous travaillez dans une équipe dispersée, prenez le temps de communiquer en face à face, par exemple via Zoom.
  3. Un produit fonctionnel est un indicateur important du progrès. Dans un environnement agile, le produit est le premier élément sur lequel l’équipe doit se concentrer. Cela signifie que le développement d’un produit aboutit, doit être une priorité.
  4. La gestion de la charge de travail. Le travail en mode Agile est parfois synonyme de travail rapide, mais il ne doit pas conduire à une fatigue importante. Par conséquent, la charge de travail doit être contrôlée tout au long du projet.
  5. Toujours rechercher la perfection pour accroître l’agilité. Si l’équipe crée un produit ou une option de qualité dans un sprint, ce résultat peut être encore optimisé dans le sprint suivant. L’équipe peut travailler plus rapidement si elle produit constamment un travail de qualité.
  6.  La dixième clé du succès est la simplicité. Parfois, les meilleures solutions sont les solutions les plus simples. La flexibilité est synonyme   de simplicité et de recherche, de réponses simples à des problèmes complexes.
  7.  Les équipes indépendantes créent plus de valeur. N’oublier que les équipes qui créent activement de la valeur sont la ressource la plus importante d’une entreprise. Elles réfléchissent régulièrement à la manière dont elles peuvent être plus efficaces.
  8. Ajustement régulier en fonction de la situation. Les processus agiles impliquent souvent des réunions où l’équipe analyse les résultats et ajuste ses approches pour l’avenir.
LIRE  Evolution du processus de certification CSPN (certification de sécurité de premier niveau)

 

Poursuivre la lecture de l’article sur le site d’origine →