En France, la santé publique est grandement privilégiée. Bon nombre d’établissements de santé sont publics, et les prises en charge sont très performantes. L’Organisation mondiale de la santé reconnaît le système de santé français comme le plus performant en termes d’organisation des soins de santé et de leur dispensation.

Comment fonctionne le système de santé français ?

Trois niveaux de prise en charge composent le système de santé français.

Régimes obligatoires

Le premier niveau regroupe les régimes de base obligatoires liés à l’assurance maladie. Trois sont principaux et d’autres, plus spécifiques, viennent s’y rattacher.

On retrouve donc le régime général qui couvre aujourd’hui quatre personnes sur cinq en France (retraités du secteur privé, salariés, agents contractuels). Ce régime couvre 75 % des frais de santé et il est géré par la CNAMTS (caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés).

Le second régime est le régime agricole qui couvre les salariés et exploitants agricoles. La MSA (Mutualité Sociale Agricole) le gère. Enfin, le troisième régime est destiné aux indépendants. Il couvre les industriels, les professions libérales, les commerçants et les artisans.

Les autres régimes spéciaux s’appliquent à certains secteurs professionnels tels que la SNCF, EDF-GDF ou encore la Banque de France.

Les régimes complémentaires

Ces contrats de santé sont proposés par des organismes assureurs. Les prestations viennent donc complémenter les remboursements émis par l’Assurance maladie. En clair, la complémentaire santé génère des remboursements de dépenses de santé qui ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale.

LIRE  Sécurité sociale et droits des travailleurs détachés en France

Les organismes complémentaires d’assurance maladie se trouvent le plus souvent sous la forme de mutuelles dans le système de santé français. Ils ont tous le même objectif : assurer de meilleures prises en charge des frais de santé. Tous les contrats disposent de leurs propres spécificités.

Les surcomplémentaires

Le troisième niveau du système de santé français se destine à celles et ceux qui souhaitent renforcer encore plus leur couverture. Le plus souvent, ils ciblent des postes spécifiques tels que la médecine douce ou les prothèses dentaires.

Les assurances surcomplémentaires sont des garanties supplémentaires qui viennent compléter l’assurance complémentaire ou la mutuelle. Les prestations de remboursement sont alors dispensées par des sociétés d’assurance, des mutuelles ou des institutions de prévoyance.

La santé publique en France

La santé publique est depuis longtemps une question importante en France. La sécurité sociale est née de ce souci de fournir aux citoyens français et résidents des soins de santé de qualité et accessibles.

Les médecins

Les médecins traitants ont pour mission de suivre le parcours de leurs patients. Ces derniers les consultent de manière régulière. Le médecin traitant est mieux remboursé lorsqu’il est déclaré et son rôle est de conseiller des spécialistes lorsque cela s’avère nécessaire.

Il existe deux sortes de médecins : ceux qui respectent les tarifs de l’assurance maladie et ceux qui fixent leurs honoraires eux-mêmes.

La sécurité sociale et la carte vitale

S’affilier à la sécurité sociale permet de se faire rembourser partiellement les frais liés aux soins. Le ticket modérateur est la somme restant due qui est à la charge du patient, ou de la complémentaire (ou mutuelle) de celui-ci.

LIRE  Conseils pour ouvrir un compte en banque en France

Tous les affiliés à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie ont une carte vitale. Elle est nécessaire pour les remboursements de frais de santé. Ainsi, la plupart des praticiens l’acceptent.

La CMU ou Couverture Maladie universelle

La CMU se destine à celles et ceux qui résident en France depuis plus de trois mois. Il s’agit de la Couverture Maladie universelle. Elle permet à tous de bénéficier des prestations de la sécurité sociale et donc, de se faire rembourser leurs dépenses médicales. Certaines personnes peuvent aussi bénéficier d’une complémentaire gratuite, la Couverture Maladie Universelle Complémentaire, sous quelques conditions.

Le rôle de la mutuelle dans le système de santé

En France, la mutuelle est un groupement qui fournit des prestations de santé, de solidarité, de prévoyance et d’entraide à ses membres au moyen de leurs cotisations. Le plus souvent, des membres adhérents désignent des conseils qui administrent alors les mutuelles.

Le système de santé pour les expatriés

Un accord est effectif entre les 27 pays de l’Union européenne : les ressortissants doivent être assurés, mais ne peuvent pas être assurés deux fois.

Le travailleur expatrié ou détaché

Les personnes affiliées à un régime de sécurité sociale d’un pays ne faisant pas partie de l’EEE (Espace Économique européen) et qui s’installent en France comme salarié ou indépendant doivent cotiser à la sécurité sociale. De ce fait, elles perdent leur qualité d’affilié dans leur pays d’origine. Ceci est aussi valable pour ceux qui détiennent un permis long séjour.

D’autre part, le détachement d’un salarié en France ne peut excéder une durée de deux ans. Dans ce genre de cas, il est indispensable de disposer d’un visa de long séjour. Le travailleur détaché bénéficie toujours du régime de sécurité sociale de son pays d’origine. Il en est de même pour les fonctionnaires.

LIRE  Ce Que Vous Devez Savoir Des Congés Particuliers

Les étudiants

Les étudiants doivent généralement être en possession d’un visa temporaire pour entrer en France. Une couverture spécifique se destine alors à ces étudiants : la Sécurité sociale étudiante. Le droit de séjour d’un étudiant étranger doit être à jour et il doit aussi être âgé de moins de 28 ans.

Cette sécurité sociale particulière est alors obligatoire pour tous les étudiants qui proviennent de pays hors de l’Union européenne. Pour les autres, l’inscription à ce régime n’est pas obligatoire s’ils détiennent une Carte européenne d’assurance maladie couvrant la durée de leurs études en France.

Les étudiants de plus de 28 ans sont donc dans l’obligation de s’affilier à la Caisse primaire d’assurance maladie.

Les retraités

Les retraités européens qui souhaitent s’installer en France peuvent transférer leurs droits à l’assurance maladie. Pour les résidents non européens, il n’est pas possible de transférer ces droits. La souscription à une assurance privée sera donc nécessaire.

Pour conclure

Le système de santé français, et la santé publique en général, sont des éléments mis en avant en France. Il est important de se renseigner sur les démarches nécessaires à mener lorsqu’on souhaite s’installer en France pour une durée plus ou moins prolongée. Il existe donc toujours une solution adaptée à chaque situation.